Ce joli ouvrage est une biographie passionnante d’un monstre sacré de la littérature brésilienne. Il s’attelle à présenter à la fois sa personnalité et le contexte historique et culturel dans laquelle elle évolua en Ukraine et au Brésil en passant par l’Angleterre et la Suisse.

L’ensemble contient de nombreuses citations tirées de l’ensemble de son œuvre. D’une beauté sidérante, elle avait l’écriture hantée. Ressemblant à une star de cinéma, elle n’en était pas moins d’une profondeur abyssale. L’ensemble des témoignages qui la raconte évoque un côté animal puissant et irrésistible. L’auteur de l’ouvrage n’étant pas insensible à ce charme là et cela ressent dans son écriture de cette biographie. Il faut dire que si l’on regarde de plus près la vie de notre auteur et surtout son écriture, cela n’a rien de très étonnant. Il suffit de la lire :

« Les gens d’ici me regardent comme si je sortais tout droit d’un zoo. Je suis entièrement d’accord. »

Ce qui caractérise aussi sa limpide écriture est le sentiment contre lequel elle luttait : celui de ne pas se sentir une étrangère. Il faut dire que son périple ne fut pas forcément de tout repos. Devant fuir l’Ukraine, sa famille se réfugia au Brésil alors qu’elle n’avait que 3 mois. Cela marque forcément un bambin. Surtout qu’elle entreprit de se fondre totalement dans la culture et les racines de sa nouvelle terre d’ancrage. Le déni et le mensonge devenant alors deux éléments fondateurs de sa production littéraire. On peut ajouter à ces moteurs, un fort sentiment de culpabilité. Culpabilité envers cette mère qu’elle n’a pas pu sauver. Son écriture dans sa totalité est marquée par ce sentiment viscéral.

Il suffit de faire un dictionnaire des personnages de l’ensemble de son œuvre pour se rendre compte de cet impact-là. La mysticité qui se dégage dans chacun de ses romans est pourtant à l’opposé de sa vie de petite bourgeoise. Et c’est aussi cet écart-là qui transporte le public.

Ses voyages forgeant le reste de ce qu’elle avait à raconter. Elle était multiple, et ce qu’elle avait à dire l’était tout autant.  Le caractère timide et secret qui l’habitait la faisant définitivement tendre vers une certaine mythologie. Son style est brillant, son sens de la formule d’une précision diabolique et son ton d’une noirceur décapant. Une écriture éclatante frappée d’un sceau lugubre.

Une écriture forte bercée dans un esprit poétique et philosophique. Une sorte de moment magique que de se plonger dans une prose si douce et si forte. Et quel personnage !!

Après la biographie de Gertrud Stein, c’est à mon avis l’une des meilleures biographies parues cette année.

David Norgeot

[stextbox id= »info » color= »0000cc »]

Benjamin Moser,Camille Chaplain, Des Femmes, (22 mars 2012), 440 p. 25€
Clarice Lispector, une biographie Pourquoi ce monde Fruit d’années de recherche, la biographie de Clarice Lispector par Benjamin Moser est à la fois un témoignage et un roman. Avec ce portrait passionnant et sensible, l’auteur nous révèle, sans en altérer la part d’ombre, la troublante identité de celle qui pouvait dire « je suis si mystérieuse que je ne me comprends pas moi-même ». La petite fille née en Ukraine inventait des histoires magiques pour sauver sa mère, condamnée par les violences subies lors d’une terrible guerre civile. Écrivaine reconnue, Clarice Lispector n’abandonne pas sa croyance dans la force magique du langage. Elle place au cœur de son œuvre la question des noms et de la nomination, proche en cela de la démarche des mystiques juifs. Elle ne cessa jamais de s’approprier les mots et d’en faire ressortir toute l’étrangeté jusqu’à devenir la « princesse de la langue portugaise ». Benjamin Moser s’attache à rendre chacune des expressions – femme, épouse, mère, écrivaine – d’une personnalité singulière tout en mettant en lumière le contexte historique et culturel, en Europe comme au Brésil, qui sous-tend cette destinée. Les nombreuses citations d’une œuvre qui fut peut-être la « plus grande autobiographie spirituelle du XXe siècle » nous invitent à lire ou relire, inlassablement, la prose unique de Clarice Lispector. « Il sera très difficile pour quiconque d’écrire ma biographie », disait-elle. Le défi a été relevé avec succès. Déjà traduite en portugais, cette biographie paraît pour la première fois en français aux éditions Des femmes-Antoinette Fouque, qui ont entrepris depuis 1974 de publier l’intégralité de l’œuvre de Clarice Lispector (1920-1977). Cette démarche éditoriale, unique, a permis de faire connaître dans le monde entier une femme qui fascinait ses compatriotes depuis son adolescence et la publication de son premier roman, Près du cœur sauvage, et qui compte parmi les plus grands écrivains du XXe siècle.

[/stextbox]

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom