cinéma, film unidivers, critique, information, magazine, journal, spiritualitéDans la maison de François Ozon s’annonçait prometteur eu égard à sa bande-annonce et à ses ingrédients. Un enseignant de français, fatigué de lire des copies médiocres, se prend d’affection pour un élève qui vogue au-dessus de la mêlée… Un couple Fabrice Luchini-Ernst Unmhauer brillamment interprété.

En fait, des couples, Dans la maison, il y en a plusieurs, il n’y a même que cela. Le couple enseignant-et-sa femme galeriste (le jeu de Kristin Scott Thomas est paradoxalement à la fois magistral et caricatural) qui, le soir venu, commentent les copies des élèves. Le troisième est incarné par l’élève doué pour l’écriture et l’élève qu’il a pris comme ‘ami’. Le quatrième est aussi le cinquième : les parents des ces deux élèves.  Quant aux couples immatériels, ils sont nombreux, mais il appartient à chacun des spectateurs de les déceler ou de les faire apparaître.

En pratique, l’ensemble de ces couples fonctionne en interagissant peu ou prou devant un spectateur réduit à un rôle de témoin. Or, les deux relations professeur-épouse et professeur-élève font montre d’un traitement autrement plus dense, fluide et originale que les autres. Ainsi, les scènes où l’élève visite l’enseignant chez lui pour commenter l’évolution de ses rédactions sont réussies. Yolande Moreau est délicieuse dans la galerie d’art avec ses jumelles. La fin est elle aussi brillante.

Mais, que de facilité dans la critique de la bourgeoisie ! Que de vanité dans les artifices séducteurs déployés ! L’ennui s’installe bien vite, car le film emprunte sans conviction des chemins qui ne mènent nulle part. Au final se pose la question de savoir s’il a même une âme au-delà de sa brillante mécanique. Comme une structure mécanique qui en se prétendant organique en conclurait qu’elle est vivante. Alors qu’elle omet simplement de vibrer.

 

Résumé : Un garçon de 16 ans s’immisce dans la maison d’un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l’enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d’événements incontrôlables.

Réalisateurs

François Ozon

Acteurs et actrices

Fabrice Luchini Rôle : Germain

Ernst Umhauer Rôle : Claude

Kristin Scott Thomas Rôle : Jeanne

Emmanuelle Seigner Rôle : Esther

Denis Ménochet Rôle : Rapha Père

Bastien Ughetto Rôle : Rapha fils

Jean-François Balmer Rôle : Le proviseur

Yolande Moreau Rôle : Les jumelles

Date de sortie

10 octobre 2012 (1h 45min)

Un commentaire

  1. Je n’ai pas vu le film et j’hésite… surtout parce que je trouve Ozon souvent sans … âme. Je m’ennuie souvent avec lui. Et si le pitch m’attire, j’ai peur du résultat. Il semble que tu me donnes raison, David…. mais qui sait?

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom