cinéma, film unidivers, critique, information, magazine, journal, movies, rennesAvant Elvis, Elton John et Madonna, il y a eu Liberace : pianiste virtuose, artiste exubérant, bête de scène et des plateaux télévisés. Liberace affectionnait la démesure et cultivait l’excès, sur scène et hors scène. Un jour de l’été 1977, le bel et jeune Scott Thorson pénétra dans sa loge et, malgré la différence d’âge et de milieu social, les deux hommes entamèrent une liaison secrète qui allait durer cinq ans. « Ma Vie avec Liberace » narre les coulisses de cette relation orageuse, de leur rencontre au Las Vegas Hilton à leur douloureuse rupture publique.

Liberace (1919-1987) est peu connu en France. Pourtant sa carrière artistique est immense. C’est à l’âge de 4 ans qu’il a commencé son apprentissage pour devenir à partir de ses 30 ans une célébrité. Qualifiée de virtuose par ses pairs et le public, cette légende vivant américaine se produisit partout, notamment à Las Vegas, le temple de l’art-gent. Des années 50 aux années 70. Il est incarné par Michael Dougla qui réalise ici une incroyable performance d’acteur.

Le travail de Steven Soderbergh retrace les dix dernières années de sa vie. Vie qu’il termina avec le SIDA. Avant cette funeste fin, une partie de cette décennie fut marquée par l’intense et profonde liaison qu’il entretint avec son homme à tout faire, Scott Thorson. Il est magistralement incarné par un Matt Damon à son sommet. La palette du jeu déployé dans ce rôle est aussi large que fine.

La réussite de Ma vie avec Libarace tient donc beaucoup à un casting de haute tenue. Une harmonie mutuelle fonde la performance respective des deux acteurs. Quant au scénario qui n’est pas inintéressant, mais pour autant non exceptionnel, il a le mérite de traiter, dérouler et dévoiler des sentiments de façon sobre. Aucun pathos à la crème américaine ne vient pointer son nez et gâcher la fête. Le portrait psychologique de Liberace est fin, savant, réaliste. Bref, réussi.

Si une partie du public peut avoir un peu de mal à se retrouver et communier à l’ensemble, il sera touché par les qualités rares de Ma vie avec Liberace. Une sensibilité fine, des sentiments savamment dosés, des acteurs incroyables et un ton juste et cohérent.

Ma vie avec Liberace
Date de sortie
18 septembre 2013, (1h 59min)
Réalisé par
Steven Soderbergh
Avec
Michael Douglas, Matt Damon, Dan Aykroyd
Genre
Drame, Biopic
Nationalité
Américain

*

Au Cinéma, Ma vie avec Liberace est avant une incroyable performance d’acteurs

2 Commentaires

  1. J’approuve le regard sur le jeu des acteurs. Magique ! On regrette, en revanche, le manque de panache, de plumes, de strass, nous sommes tout de même à Las Vegas ! Le manque de décors aussi, car le film pourrait tout à fait être adapté en pièce de théâtre. A voir, bien entendu, en anglais pour ceux qui ont la chance de maitriser la langue, d’autant que les acteurs n’ont pas trop l’accent texan ! Mais si vous n’entendez rien à l’anglais, inutile d’ajouter l’incompréhension au snobisme : mieux vaut le voir en VF plutôt que de lire des sous-titres et perdre une partie du jeu des acteurs (même si la langue est un jeu à part entière).

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom