PARTICIPEZ AUX CHRONIQUES D’UN CHÔMEUR PRODUCTIF

Chroniques d’un chômeur productif est un ouvrage écrit par Uriel et illustré par Zora Leblay. C’est également le premier livre qui verra le jour dans la nouvelle maison d’édition Plume de fer. Le projet réunit Uriel aux textes, Zora Leblay à l’illustration et Magali Rousseau à l’édition. Afin de le mener à bien, ils font appel aux lecteurs en lançant une campagne participative Ulule, ouverte jusqu’au 22 février 2021.

La maison d’édition Plume de fer est l’histoire d’une rencontre, de plusieurs même. Après 10 ans loin du système scolaire, Magali Rousseau, ancienne soudeuse en électronique, a décidé de reprendre ses études. Après six ans sur les bancs des amphis de l’Université Rennes 2, elle arrive au terme de son master Métiers du livre et de l’édition. « Je soudais des composants sur des cartes électroniques. Arrivée à la trentaine, je me suis dis que si je voulais faire quelque chose de ma vie, c’était maintenant ou jamais. Je n’avais plus rien à apprendre et tournais en rond », confie-t-elle lors de l’entretien téléphonique.

chroniques d'un chomeur productif
L’éditrice Magali Rousseau, l’illustratrice Zora Leblay, l’écrivain Uriel (photo prise par Jérôme Brébion)

Ce questionnement la conduit vers une réorientation dans l’édition, avec pour ambition d’écrire un livre sur sa reconversion, À la chaîne, prévu pour l’année prochaine. « Il raconte comment j’ai réussi à m’extraire du milieu ouvrier et du travail à la chaîne, de quelle manière j’ai réussi à reprendre l’école. » En deuxième année de master, elle utilise le projet de fin d’études comme tremplin pour son projet professionnel. « Le projet de fin d’études consiste à imaginer une future collection », mais Magali va plus loin. La difficulté du statut d’auteur l’oriente vers la création d’une collection, mais également d’une maison d’édition afin de pouvoir publier son livre. Ainsi naît le projet Plume de fer, maison d’édition spécialisée dans l’autobiographie, en référence à une citation de Pierre de Ronsard, « d’une plume de fer sur un papier d’acier ». « La plume de fer représente la plume de combat, une arme pour écrire. C’est aussi une référence à mon passé de soudeuse en électronique, l’origine du projet et mes envie éditoriales », précise-t-elle.

Aidée par ses enseignants, notamment pour le business plan, « le projet est de créer d’abord deux collections bien distinctes : la  » collection Graff  » pour une lecture orientée vers le loisir et la  » collection Atypique  » qui traitera des histoires sur des parcours difficiles. » À terme, Magali aimerait publier d’autres livres abordant des parcours similaires, « un peu insolites », faire découvrir des auteurs et autrices « peu connus » en leur offrant l’opportunité de se faire publier. « L’autoproduction englobe une panoplie de métiers dont l’auteur ne connaît pas forcément toutes les ficelles, comme la partie commerciale. »

L’ouvrage Chroniques d’un chômeur productif s’inscrit dans le cadre de sa formation et est le premier projet éditorial de la collection Graff des éditions Plume de Fer.

magali rousseau éditions plume de fer
Couverture de l’ouvrage « Chroniques d’un chômeur productif »

Chroniques d’un chômeur productif, aux éditions Plume de Fer

Rédactrice bénévole pour le journal indépendant local Noctambule Media, Magali fait la rencontre d’Uriel, photographe indépendant spécialisé dans la photographie institutionnelle, reconverti et également engagé dans le journal. Elle découvre et apprécie sa plume à la lecture de chroniques ayant pour sujet les péripéties d’un chômeur, mélange d’éléments autobiographiques, de témoignages et de ressources théoriques, « un journal de bord ». Uriel couche sur papier son expérience, la manière dont il a tout plaqué pour venir vivre à Rennes et comment il a redéfini sa vision du travail à la suite d’une rencontre avec un membre du syndicat CGT. Après tout, « c’est quoi le travail » ?

L’idée vient à Magali de rassembler ces chroniques dans un seul et même livre. Elle tient ce qui sera le premier ouvrage de sa maison d’édition. « Nous avions beaucoup de points en commun. Je trouvais son parcours de reconversion intéressant. Ses chroniques romancées changent de ceux que l’on peut voir en matière d’articles », précise l’étudiante en reconversion. Diplômé en Éducation Populaire et transformation sociale à l’IUT de Rennes, c’est dans ce cadre qu’Uriel a réalisé le travail de recherche-action : Chroniques d’un chômeur productif. « Cette production est le fruit d’une année de vie hors de l’emploi », peut-on lire dans le descriptif de la campagne participative.

Voulant se rapprocher du livre loisir, l’idée d’accompagner la lecture d’illustrations vient naturellement. Pour les assister dans le projet, Magali et Uriel se sont tournés vers la jeune Zora Leblay, âgée de 19 ans seulement, mais au talent d’illustratrice en pleine floraison. Bénévole au Noctambule depuis début 2020, elle réalise de petites bandes dessinées en quatrième de couverture. « J’ai trouvé super que les deux se connaissent. Le fait de bien connaître Uriel a permis à Zora d’illustrer les chroniques de manière assez fidèle », déclare Magali.

zora leblay illustration

Attirée par le monde de la bande dessinée et l’animation, Zora a terminé le lycée en 2019 et a profité d’une année de césure afin d’effectuer quelques stages dans l’animation en stop motion avant de s’inscrire en Licence Arts-Plastiques à Rennes 2. Elle a accepté le challenge des Chroniques d’un chômeur productif avec plaisir et enthousiasme, et a vu l’opportunité « de tester le monde professionnel, voir comment se débrouiller dans un projet d’illustration différent ».

Longtemps inspirée par le manga, l’illustratrice a développé un style aux lignes parfois enfantines, « dessin un peu naïf ». Un univers qu’elle essayé de varier depuis son entrée au lycée, en passant par différents types d’illustration. Encore en pleine recherche, son style est en plein évolution et son inspiration est nourrie par les artistes qu’elle suit sur Instagram et en lisant beaucoup de bandes dessinées. Elle consigne ensuite dans un petit carnet le titre de chaque BD avec de petits dessins pour se souvenir du style et de l’univers. « J’essaie de lire des BD aux styles de dessins très différents les uns des autres », précise-t-elle. « Je me force même quand j’ai du mal avec le style, ça me permet de voir des façons de raconter totalement différentes de mon approche. C’est toujours enrichissant et intéressant de sortir de sa zone de confort, même si c’est dur. »

De cette manière, elle a récemment découvert des classiques comme Idées noires de Franquin, style à l’opposé du sien, car parfois chargé, mais auquel elle a totalement adhéré, « le jeu des ombres est très présent et les personnages sont très charismatiques dans le trait ». Ou encore Camel Joe de Claire Duplan, des dessins « à la fois simples et marqués » qui paraissent parfois inachevés. « J’ai eu la chance de la rencontrer et de pouvoir parler de son travail. Le dessin n’est pas un domaine qu’elle maîtrise beaucoup à la base, pour autant elle aime raconter à travers le dessin. Elle a réussi à faire une BD super captivante tout en ayant un dessin imparfait, un peu maladroit, ce qui fait le charme de sa BD. »

uriel chronique d'un chomeur productif
Extrait de l’ouvrage « Chroniques d’un chômeur productif »

Pour Chroniques d’un chômeur productif, son premier travail en collaboration, Zora a adapté son style aux contraintes mises en place d’un commun accord, comme l’utilisation de trois couleurs seulement (noir, blanc et rouge) pour une efficacité visuelle et une facilité à l’impression, avec plaisir à cette contrainte. . « J’ai essayé de faire quelque chose d’un peu différent tout en gardant une patte personnelle. Je ne voulais pas que le dessin soit trop enfantin et en même temps, je voulais garder cet aspect encore présent dans mon travail. J’ai cherché un équilibre entre les deux. »

Bandes dessinées pour adultes, romans graphiques et roman illustrés connaissent actuellement une explosion face à la demande toujours plus grandissante d’un lectorat adulte. Les Chroniques d’un chômeur productif s’inscrivent dans ce contexte, tout comme la thématique qui peut sembler familière à certains. « J’espère vraiment que le projet va aboutir pour Magali, c’est important pour son parcours d’études. », confie Zora. Par la suite, la concernée envisage de faire de nouveau appel à l’illustratrice pour la création de nouveaux romans illustrés. Après un appel à textes lancé il y a quelque temps, Magali reçoit déjà des propositions qu’elle compte éplucher avec attention. En attendant qu’un site voit le jour, nous ne pouvons que vous conseiller d’aller jeter un oeil à la page facebook.

Chroniques d’un chômeur productif, d’Uriel, illustré par Zora Leblay, aux Éditions Plume de Fer.

Pour participer à la campagne Ulule (ouverte jusqu’au 22 février 2021)

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici