Chinese Man : « Pour rester zen…mangez des nems » ! En voilà un slogan bien original pour un groupe qui fêteses 10 ans d’éclectisme singulier.

 

Mardi soir, la salle du Liberté à Rennes (limitée au parterre et aux gradins jardin et cour de ce dernier) recevait Chinese Man – les trois DJ dorénavant incontournables de la scène électro/trip-hop française – venus célébrer les dix ans d’existence (et d’indépendance !) de leur label, le Chinese Man Records, et présenter leur dernier album collectif « Groove Sessions vol. 3. ».

chinese manPour l’occasion, Sly, Zé Matéo et High Ku avaient sorti l’artillerie lourde en invitant MC Youthstar, Taiwan MC, l’un des artistes de leur label, ainsi qu’une section cuivre (trombone et trompette) et un percussionniste.

chinese manCréé en 2004, Chinese Man Recods compte désormais une foultitude de recrues, dont certains pontes de la scène électro française parmi lesquels Deluxe. Les trois compères multiplient les collaborations avec les plus grands artistes internationaux, dont dernièrement, le légendaire chanteur jamaïcain Johnny Osbourne.

chinese manDepuis leur création, le trio écume les plus illustres festivals et les plus prestigieuses salles de l’hexagone. Le groupe est vite devenu coutumier des terres bretonnes qui ont pu, notamment, compter sur sa présence lors des festivals Rock’n Solex (Rennes), le Pont du Rock (Malestroit), Insolent (Quimper) en 2011 ainsi que lors du festival des Panoramas (Morlaix) et celui des Vieilles Charrues (Carhaix) en 2012.

chinese manÀ l’heure des CD, Ipad, Kobo et consorts, le groupe affirme sa différence, depuis le début de sa carrière, en apposant sa musique sur des…vinyles ! « Once Upon A Time », en 2014, est le dernier en date. En 2007, la formation opère une première compilation, « The Groove sessions vol. 1 », sous forme de CD cette fois-ci, de leurs productions en y incluant diverses collaborations inédites avec des artistes du label ainsi que des invités gravitant autour de celui-ci. S’en suivront deux autres volumes dont, « The Groove Sessions vol. 3 », sorti en avril dernier, ainsi que trois albums.

chinese manChinese Man est, certes, un groupe mais également, et peut-être même surtout, une aventure collective comptant des artistes aux influences hétéroclites. Chinese Man tisse une toile musicale métissée où se mêlent des influences hip-hop, électro, drum and bass, dub, rap, funk, jazz, swing, reggae, hip-hop Old School, dancehall, sonorités africaines, etc. (liste non exhaustive…). Exercice donc bien difficile que de vouloir entériner le groupe dans une case musicale bien définie !

chinese manLes basses puissantes, les samples percutants, les scratchs précis et les vidéos 3D projetées à l’arrière-scène du Liberté ont produit l’effet attendu : un beau spectacle complet et travaillé, tant au niveau musical que visuel. Un brin trop sage, le concert n’a laissé que très peu de place à l’« imprévu artistique », au lâcher-prise, manquant ainsi de surprises musicales et scéniques (malgré le stage diving énergique et remarqué de MC Youthstar à la toute fin du concert). Le public rennais était, quant à lui, quelque peu timoré, lui qu’on connait pourtant beaucoup plus réceptif et survolté… !

chinese manAccompagnés des cuivres, les spectateurs ont tout de même dansé avec vivacité et repris en cœur le « pudding à l’arsenic » (extrait d’« Astérix et Cléopâtre ») qui a donné lieu à une belle performance appréciée du public. Il a fallu très peu de temps à ce dernier pour reconnaitre les premières notes de « I’ve got that tune », le titre le plus célèbre du groupe, grâce à une remarquable introduction au trombone.

Le Once Upon A Time Tour continue actuellement sa tournée avec des dates à travers toute la France. Au pays des Chinese Man, les anniversaires se célèbrent à grands coups de live et de samples aux quatre coins de l’hexagone !


Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom