Chimamanda Ngozi Adichie, dans son dernier roman « Americanah », donne toute sa signification à une affirmation banale, mais terrible : « La vie est plus difficile quand on a la peau noire plutôt que la peau blanche ». Elle démontre, avec talent, comment la couleur de peau conditionne les comportements aux États Unis. Et ailleurs.

 

Et si tout avait commencé par des cheveux crépus ? Et si tout s’expliquait dans ces salons de nattage ? Ces salons où les femmes noires se font lisser, défriser leur coiffure pour ressembler aux femmes blanches.

C’est dans un de ces salons que débute le roman comme si le destin du personnage principal, Ifemelu, jeune nigériane partie étudier aux États Unis, était d’assumer progressivement sa chevelure désordonnée : « Les cheveux comme métaphore de la race » écrit elle. Race, ce mot laid, claquant comme une insulte est pourtant bien présent tout au long du livre, véritable fil rouge. Mot détestable, mais juste. Choquant, mais nécessaire. Comme un éclair dans nos consciences. Et, répété inlassablement, il dérange ce mot que la jeune Ifemelu utilise dans le blog qu’elle crée sur « les noirs américains par une noire non américaine ».

En débarquant de Lagos à Philadelphie, Ifemelu prend conscience pour la première fois de sa couleur de peau : « A mes camarades noirs non américains : en Amérique tu es noir chéri » » s’adresse-t-elle sur le net. S’exilant, elle a quitté son amour de jeunesse, le magnifique Obinze, attiré lui aussi par l’Amérique des livres, mais qui partira clandestinement à Londres d’où il sera expulsé menottes aux poignets vers son pays d’origine. Deux destins parallèles : durant quinze ans elle expérimentera la vie aux États Unis, sa condition d’étrangère à la peau noire et lui celle de l’immigrant clandestin, effrayé au quotidien par d’éventuels contrôles d’identité.

Que l’on ne s’y méprenne pas ce roman n’est pas cependant un manifeste politique. L’auteure a trop de talent pour tomber dans le piège. Cet énorme pavé dense de 520 pages est avant tout un roman qui raconte la construction d’une femme loin de ses racines, d’un homme qui cherche à s’extraire de sa condition. Un véritable roman d’aventures, un roman d’actualité en prise par exemple avec l’élection d’Obama, dont la lecture s’enchaîne avec aisance et envie. Si les pages du blog d’Ifemelu permettent à l’écrivaine de poser les véritables questions politiques sous des formes parfois faussement anodines « quand vous mettez des sous- vêtements couleur chair ou utilisez des pansements couleur chair, savez vous à l’avance qu’ils ne seront pas assortis à la couleur de votre peau ?»,  le lecteur est emporté par un véritable torrent de séquences familiales, sociétales, politiques, intimes, aux multiples facettes et aux nombreuses entrées.

Sa vie partagée aujourd’hui entre la côte Est américaine et Lagos, Chimamanda Ngozi Adichie peut décrire à loisir, et avec humour, l’évolution d’une société nigériane cherchant sa voie économique et culturelle à travers le récit des soirées mondaines pontifiantes et ridicules, de Nigérians coincés entre l’Afrique et les mœurs mal digérées d’une Europe idéalisée. Féroce avec l’inégalité raciale criante des États-Unis elle n’est pas tendre non plus avec son pays d’origine maniant l’humour et l’ironie à travers des saynètes mordantes ou des portraits hilarants et percutants comme ceux de ses compatriotes africains ayant réussi à Londres, portés par un snobisme démesuré et vide. Si proches des nouveaux riches de Lagos, unis dans une même superficialité.

Ifemelu à travers toutes ces rencontres, suit ainsi son destin personnel marqué par sa couleur de peau, par sa revendication féministe, mais aussi par sa relation avec les hommes de sa vie dans une société américaine qui la séduit et la repousse à la fois. Attirée progressivement par son retour au pays natal elle cherche peut être à retrouver Obinze son amour nigérian comme un retour à ses origines, quinze ans plus tard. Ce roman est donc aussi un superbe roman d’amour au dénouement patiemment attendu.

L’amour comme la coiffure, métaphore d’un livre d’une richesse gigantesque, où chaque lecteur embrassera des vies coincées entre le noir et le blanc, l’Afrique et l’Amérique, une démocratie stable et une démocratie à construire. Entre les cheveux frisés et les cheveux lisses. Un propos multiple et universel pour un des plus grands livres de ce début d’année.

Chimamanda Ngozi ADICHIE, Americanah,

Collection du Monde Entier, Gallimard, 24,50€

Feuilleter le livre

Le duel Anquetil Poulidor sur les pentes du Puy-de-Dôme en 1964, les photos de Gilles Caron dans le Quartier latin en Mai 68, la peur des images des Sept boules de cristal de Hergé, les Nus bleus de Matisse sur un timbre poste, Voyage au bout de la Nuit de Céline ont façonné mon enfance et mon amour du vélo, de la peinture, de la littérature, de la BD et de la photographie. Toutes ces passions furent réunies, pendant douze années, dans le cadre d’un poste de rédacteur puis rédacteur en chef de la revue de la Fédération française de Cyclotourisme.

Un commentaire

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom