dim 22 mai 2022

CHÂTEAU DE KERJEAN : TERRE ! TERRE ! LES CONQUÊTES EUROPÉENNES AU 16E SIÈCLE

La foisonnante exposition Terre ! Terre ! Les conquêtes européennes au 16e siècle se tient au château de Kerjean, à Saint-Vougay dans le Finistère, jusqu’au 6 novembre 2022. Second volet d’un cycle de trois expositions consacrées à l’élargissement du monde à la Renaissance, l’exposition retrace les grandes lignes et les figures clefs de ces conquêtes européennes qui ont changé l’histoire de notre monde. Documents, atlas, armures, épices, mais aussi d’autres surprises attendent le public !

Château de Kerjean
La première salle de l’exposition nous embarque dès le début dans l’imaginaire médiéval © Château de Kerjean

Plongez au cœur de l’Europe du XVIème siècle et sa soif de conquêtes ! Parmi tous les empires sur Terre, pourquoi les Européens sont-ils les seuls à partir explorer les confins de leur univers ? À ses débuts, la Renaissance est encore empreinte de spiritualité médiévale, à laquelle n’échappe aucun explorateur, chacun ayant en tête le Livre des merveilles de Marco Polo. La Terre est remplie de mystères ; la mer fait peur en même temps qu’elle fascine. Vache de mer, éléphant de mer, ange de mer ou encore évêque marin ! Elle regorge de créatures effrayantes que les marins affublent de nom plus familier. Mais les légendes accourent dans leurs esprits enfiévrés. On rêve encore des toits en or de Cipango, du lac Parimé rempli d’or, et plus tard de l’Eldorado… En témoignent espèces naturalisées, atlas, gravures et autres anciens ouvrages exposés.

terre terre expo Kerjean
“Périple des premiers explorateurs” un film d’animation clair et astucieux de Raphaël Lerays © Raphaël Lerays

Mus par ces légendes prometteuses de trésors dans le contexte d’une Europe appauvrie, les Espagnols et les Portugais vont emboîter le pas à Christophe Colomb. Soit dit en passant, nombre d’entre eux sont des hidalgo, c’est à dire, des fils cadets qui ne peuvent prétendre à leur héritage : ils partent faire fortune dans le Nouveau Monde. En un peu moins de cent ans, les Européens parviennent à ceindre le monde par la première circumnavigation. À travers les belles animations de Raphaël Lerays, on retrace le parcours des explorateurs, et moult fac-similés viennent étayer notre compréhension des moyens matériels dont ils disposaient. Vous découvrirez alors comment se servait-on des astrolabes, des bâtons de Jacob, et autres instruments de navigation mais aussi, comment vivait-on à bord des caravelles et comment étaient-elles composées.

Château de Kerjean
Une étincelante armure composite datant de la fin du XVème siècle © Château de Kerjean

A contrario de Christophe Colomb qui, jusqu’à sa mort, pensait avoir découvert les Indes, ses successeurs considèrent le nouveau continent comme une terre sans maître à coloniser. À la suite des conquêtes territoriales comme celle du Mexique par Hernán Cortés, se joint la conquête spirituelle des missionnaires, où franciscains, dominicains puis jésuites débarquent. Ils comprennent vite que pour évangéliser les indigènes, il leur faut passer par leurs codes culturels. S’ensuit une production d’images et de musiques hybrides entre foi catholique et sensibilité méso-américaine, que l’on peut voir et écouter dans les salles du château.

Château de Kerjean
Un couronnement de la vierge réalisé à partir d’ivoire africain, fabriqué en Inde, au comptoir portugais de Goa, le tout issu d’une iconographie occidentale ? Assurément l’un des premiers objets mondialisés © Dominique Dirou

Comme tout un chacun sait, les Espagnols finissent par trouver de l’or en Amérique du Sud mais surtout, de l’argent. La suite de l’exposition détaille alors comment se mettent en place la circulation des métaux précieux, des épices et des plantes, contribuant à faire d’Anvers la première place boursière d’Europe. À ce sujet, les animations claires et synthétiques d’Olivier Jagut et Véfa Lucas (disponibles en breton) nous racontent comment l’hégémonie ibérique décline au profit des Anglais, des Français et des Danois qui tentent de rattraper leur retard. Une guerre économique qui voit l’apparition des ancêtres de nos multinationales : les compagnies de commerce, dont la VOC, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, constitue la première société capitaliste au monde.

Château de Kerjean
Les “Décors d’aquarium” réalisés au stylo bic par Quentin Montagne © Quentin Montagne

De manière surprenante, des œuvres d’arts contemporaines côtoient les objets anciens. Vous retrouverez ainsi des créations de Quentin Montagne, Sven’t Jolle, Mohamed Bourouissa, Sylvain Le Corre et Sylvie Ungauer. Disséminées dans les salles d’exposition, elles viennent dialoguer avec les thèmes abordés. De plus, un jeu pour petits et grands vous permettra de découvrir l’histoire mouvementée de plantes ayant fait le tour du monde comme l’ananas, le manioc et le tabac.

Mais qu’en est-il des populations locales affectées par le colonialisme ? Si le sujet est brièvement approché par celui des exploitations minières, il sera surtout approfondi par l’exposition de l’année prochaine qui viendra clore ce triptyque. Celle-ci traitera du métissage des sociétés, notamment des syncrétismes religieux dans les nouvelles sociétés comme celle du Mexique.

Château de Kerjean
La collection des meubles du Léon © Dominique Dirou

Propriété de l’État, le château de Kerjean fait partie intégrante des Chemins du patrimoine en Finistère, un établissement public de coopération culturelle. Ce dernier comprend quatre autres sites dont l’abbaye de Daoulas, qui vient d’inaugurer ses traditionnelles Balades photographiques. Pour cette nouvelle édition du parcours photographique sont invités Ayana Jackson, Omar Victor Diop ainsi que Maïmouna Guerresi. Parmi ces quatre lieux, on compte également l’abbaye du Relec qui présentera ce 4 mai 2022, en entrée gratuite, l’exposition La fabrique du potager. Sans oublier le domaine de Trévarez qui propose, à partir de ce 30 avril 2022, une exposition du travail hybride et délicat de Raija Jokinen. Enfin, le manoir de Kernault rouvrira ses portes en décembre 2022, pour son exposition Fantastiques créatures.

Exposition Terre ! Terre ! Les conquêtes européennes au 16e siècle, au Château de Kerjean, Saint-Vougay, jusqu’au 6 novembre 2022.

INFORMATIONS PRATIQUES

Ouvert du 9 avril au 30 juin et du 1er au 30 septembre tous les jours, sauf mardis, de 14h à 18h ; du 1er juillet au 31 août tous les jours de 10h à 18h30 ; et du 1er octobre au 6 novembre tous les jours, sauf mardis et jours fériés, de 14h à 17h30. Ouvert toute l’année pour les groupes, sur réservation.

Entrée gratuite pour les enfants de moins de 7 ans ainsi que les abonnés ; 1€ pour les jeunes de 7 à 17 ans, les demandeurs d’emploi, les titulaires des minima sociaux, les personnes handicapées avec accompagnant ; 4€ de 18 à 25 ans ; 8€ pour le plein tarif.

Tél : 02 98 69 93 69

Contact : chateau.kerjean@cdp29.fr

Plus d’informations sur le site

Benjamin Julienne
Benjamin Juliennehttps://www.unidivers.fr
Métal expérimental, littérature russe, art contemporain, Yu-Gi-Oh!, chant bulgare et septième art tourbillonnent dans ma tête. J’écris principalement pour faire connaître les lieux d’exposition indépendants de Nantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

La foisonnante exposition Terre ! Terre ! Les conquêtes européennes au 16e siècle se tient au château de Kerjean, à Saint-Vougay dans le Finistère, jusqu’au 6 novembre 2022. Second volet d’un cycle de trois expositions consacrées à l’élargissement du monde à la Renaissance, l’exposition retrace les grandes lignes et les figures clefs de ces conquêtes européennes qui ont changé l’histoire de notre monde. Documents, atlas, armures, épices, mais aussi d'autres surprises attendent le public !

Château de Kerjean
La première salle de l'exposition nous embarque dès le début dans l'imaginaire médiéval © Château de Kerjean

Plongez au cœur de l’Europe du XVIème siècle et sa soif de conquêtes ! Parmi tous les empires sur Terre, pourquoi les Européens sont-ils les seuls à partir explorer les confins de leur univers ? À ses débuts, la Renaissance est encore empreinte de spiritualité médiévale, à laquelle n’échappe aucun explorateur, chacun ayant en tête le Livre des merveilles de Marco Polo. La Terre est remplie de mystères ; la mer fait peur en même temps qu’elle fascine. Vache de mer, éléphant de mer, ange de mer ou encore évêque marin ! Elle regorge de créatures effrayantes que les marins affublent de nom plus familier. Mais les légendes accourent dans leurs esprits enfiévrés. On rêve encore des toits en or de Cipango, du lac Parimé rempli d’or, et plus tard de l’Eldorado… En témoignent espèces naturalisées, atlas, gravures et autres anciens ouvrages exposés.

terre terre expo Kerjean
"Périple des premiers explorateurs" un film d'animation clair et astucieux de Raphaël Lerays © Raphaël Lerays

Mus par ces légendes prometteuses de trésors dans le contexte d’une Europe appauvrie, les Espagnols et les Portugais vont emboîter le pas à Christophe Colomb. Soit dit en passant, nombre d’entre eux sont des hidalgo, c’est à dire, des fils cadets qui ne peuvent prétendre à leur héritage : ils partent faire fortune dans le Nouveau Monde. En un peu moins de cent ans, les Européens parviennent à ceindre le monde par la première circumnavigation. À travers les belles animations de Raphaël Lerays, on retrace le parcours des explorateurs, et moult fac-similés viennent étayer notre compréhension des moyens matériels dont ils disposaient. Vous découvrirez alors comment se servait-on des astrolabes, des bâtons de Jacob, et autres instruments de navigation mais aussi, comment vivait-on à bord des caravelles et comment étaient-elles composées.

Château de Kerjean
Une étincelante armure composite datant de la fin du XVème siècle © Château de Kerjean

A contrario de Christophe Colomb qui, jusqu’à sa mort, pensait avoir découvert les Indes, ses successeurs considèrent le nouveau continent comme une terre sans maître à coloniser. À la suite des conquêtes territoriales comme celle du Mexique par Hernán Cortés, se joint la conquête spirituelle des missionnaires, où franciscains, dominicains puis jésuites débarquent. Ils comprennent vite que pour évangéliser les indigènes, il leur faut passer par leurs codes culturels. S’ensuit une production d’images et de musiques hybrides entre foi catholique et sensibilité méso-américaine, que l’on peut voir et écouter dans les salles du château.

Château de Kerjean
Un couronnement de la vierge réalisé à partir d'ivoire africain, fabriqué en Inde, au comptoir portugais de Goa, le tout issu d'une iconographie occidentale ? Assurément l'un des premiers objets mondialisés © Dominique Dirou

Comme tout un chacun sait, les Espagnols finissent par trouver de l’or en Amérique du Sud mais surtout, de l’argent. La suite de l’exposition détaille alors comment se mettent en place la circulation des métaux précieux, des épices et des plantes, contribuant à faire d’Anvers la première place boursière d’Europe. À ce sujet, les animations claires et synthétiques d’Olivier Jagut et Véfa Lucas (disponibles en breton) nous racontent comment l’hégémonie ibérique décline au profit des Anglais, des Français et des Danois qui tentent de rattraper leur retard. Une guerre économique qui voit l’apparition des ancêtres de nos multinationales : les compagnies de commerce, dont la VOC, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, constitue la première société capitaliste au monde.

Château de Kerjean
Les "Décors d'aquarium" réalisés au stylo bic par Quentin Montagne © Quentin Montagne

De manière surprenante, des œuvres d’arts contemporaines côtoient les objets anciens. Vous retrouverez ainsi des créations de Quentin Montagne, Sven’t Jolle, Mohamed Bourouissa, Sylvain Le Corre et Sylvie Ungauer. Disséminées dans les salles d’exposition, elles viennent dialoguer avec les thèmes abordés. De plus, un jeu pour petits et grands vous permettra de découvrir l’histoire mouvementée de plantes ayant fait le tour du monde comme l’ananas, le manioc et le tabac.

Mais qu’en est-il des populations locales affectées par le colonialisme ? Si le sujet est brièvement approché par celui des exploitations minières, il sera surtout approfondi par l’exposition de l’année prochaine qui viendra clore ce triptyque. Celle-ci traitera du métissage des sociétés, notamment des syncrétismes religieux dans les nouvelles sociétés comme celle du Mexique.

Château de Kerjean
La collection des meubles du Léon © Dominique Dirou

Propriété de l'État, le château de Kerjean fait partie intégrante des Chemins du patrimoine en Finistère, un établissement public de coopération culturelle. Ce dernier comprend quatre autres sites dont l’abbaye de Daoulas, qui vient d’inaugurer ses traditionnelles Balades photographiques. Pour cette nouvelle édition du parcours photographique sont invités Ayana Jackson, Omar Victor Diop ainsi que Maïmouna Guerresi. Parmi ces quatre lieux, on compte également l’abbaye du Relec qui présentera ce 4 mai 2022, en entrée gratuite, l’exposition La fabrique du potager. Sans oublier le domaine de Trévarez qui propose, à partir de ce 30 avril 2022, une exposition du travail hybride et délicat de Raija Jokinen. Enfin, le manoir de Kernault rouvrira ses portes en décembre 2022, pour son exposition Fantastiques créatures.

Exposition Terre ! Terre ! Les conquêtes européennes au 16e siècle, au Château de Kerjean, Saint-Vougay, jusqu’au 6 novembre 2022.

INFORMATIONS PRATIQUES

Ouvert du 9 avril au 30 juin et du 1er au 30 septembre tous les jours, sauf mardis, de 14h à 18h ; du 1er juillet au 31 août tous les jours de 10h à 18h30 ; et du 1er octobre au 6 novembre tous les jours, sauf mardis et jours fériés, de 14h à 17h30. Ouvert toute l'année pour les groupes, sur réservation.

Entrée gratuite pour les enfants de moins de 7 ans ainsi que les abonnés ; 1€ pour les jeunes de 7 à 17 ans, les demandeurs d'emploi, les titulaires des minima sociaux, les personnes handicapées avec accompagnant ; 4€ de 18 à 25 ans ; 8€ pour le plein tarif.

Tél : 02 98 69 93 69

Contact : chateau.kerjean@cdp29.fr

Plus d'informations sur le site