transe atlantique saintes

La deuxième édition du festival Transe Atlantique se déroulera à Saintes en Charente Maritime du 25 au 27 août 2023. L’événement est un moment de découverte, d’inclusion et d’échange où les cultures se mélangent dans un programmation éclectique originale : concerts, ateliers et rencontres.

Imaginons un festival grand public célébrant nos patrimoines culturels, historiques, culinaires et artistiques, qui soit une véritable occasion de partage et d’échange avec nos amis Québécois ! Depuis son lancement à l’été 2022, La traversée musicale Transe Atlantique s’ancre à Saintes, en Charente-Maritime.

Ce festival, temps de rencontres et de découvertes, se veut accessible à toutes et tous. L’ambition est de faire de la manifestation un espace d’expérimentations favorisant les échanges. Entre les professionnels de la musique et de la culture d’une part et entre les artistes et le public d’autre part, ceci en explorant les cultures musicales et patrimoniales de la Francophonie.

Investir les lieux antiques de la ville, en partenariat avec le Québec, est l’occasion de rayonner et de vibrer à l’international. Le Festival Transe Atlantique a pour objectifs d’associer les artisans de Saintes et de sa communauté d’agglomération avec le soutien des institutions publiques et l’association des partenaires privés locaux et internationaux.

Avec nos partenaires Québécois, nous désirons entretenir et vivifier le pont interculturel qui nous uni depuis des siècles afin de diffuser la richesse et la vivacité de nos talents.

PROGRAMMATION MUSICALE

Vendredi 25 août 2023 :

Marie-Gold (Québec – RAP) de 19H00 à 19H40

Passée maître dans l’art de faire ce qu’elle veut, Marie-Gold bouscule et renverse tout sur son chemin. Les moyens de ses ambitions sont de
ceux qu’elle se donne volontiers. Investissant la scène des rap battles au Québec où elle se façonne une réputation; on la remarque. Puis vient Goal : Une mélodie, un premier EP solo de la MC et productrice qui voit le jour au printemps 2018. Remportant quelques mois plus tard le prix du EP rap de l’année au GAMIQ, la MC et productrice continue d’enchaîner les spectacles, attaquant notamment les planches du festival OUMF, du Osheaga Block Party et finalement des Francos de Montréal pour ne nommer que celles-là.

Marie-Flore (France – POP/ELECTRO) 20h15-21h30

Marie-Flore ne ressemble à personne et personne ne ressemble à Marie-Flore. Minois de chat au cœur écorché, regard bleu cristallin
et timbre à nulle autre pareil, elle est l’une des rares artistes françaises capables de passer d’un piano-voix éthéré à une pop teintée d’urbanité et de modernité, à chaque fois poétique. Auteure, compositrice, interprète et multi instrumentiste, Marie-Flore est une
amatrice de pop sous toutes ses formes. Dans ses textes, elle cultive les thématiques vénéneuses, se plait à chanter des jeux de mots
sensuels, parfois abrupts, aspects auxquels elle tient tant du point de vue sonore que textuel. Après un premier album qui a fortement séduit (Braquage), elle revient sur scène pour défendre son nouveau disque « Je sais pas si ça va ». La performance est un art qu’elle maîtrise : Séduisante, défiante, ironique, littéralement hors du commun, Marie- Flore prend d’assaut nos cœurs sur disque comme sur scène. On est prêt à succomber…

Zed Yun Pavarotti (France – ROCK/RAP) 22H15-23H30

Alors étoile montante du rap français, le désinvolte et charismatique Stéphanois déroute, autant par ses textes labyrinthiques que son esthétique générale, ultra moderne et à la fois sortie d’outre-tombe, crooner dans la surenchère d’attitude, auto-tune et mélodies pop, rap de minet et violence punk… bref, un condensé qui intrigue.

Public, journalistes et artistes voient apparaître cet animal rare avec beaucoup de questions, la plupart du temps sans réponse ; autre
silence, pendant deux ans, après son premier album Beauseigne (« le pauvre » en patois stéphanois), où l’artiste métamorphe effectue, encore, sa mue. Jusqu’à son tout dernier album, Encore. On l’aura compris, Zed Yun Pavarotti n’est plus rappeur, pas tout à fait rockeur, mais un chanteur à plusieurs visages qui ne veut pas se mettre de limite, artiste accro à la mélodie et aux harmonies, mais aussi au grosses guitares et aux drop de batterie.

PI JA MA (France – INDIE POP) ?

Pi Ja Ma alias Pauline de Tarragon dévoile son nouvel album Seule sous ma frange, succédant à Nice to Meet U, paru en 2019. Épaulée
par son fidèle producteur et co-compositeur Axel Concato depuis son EP Radio Girl (2016). L’entente artistique entre ces deux-là donne à ce disque une allure de légèreté sans prétention. Apparence qui atteste la maîtrise de son art, et confère au projet cette sensation de réconfort, nécessaire par les temps qui courent. Un voyage en deux parties : la face A invite à la danse et à l’optimisme, la face B rappelle
l’importance d’admettre sa propre mélancolie.

Pauline nous rappelle aussi la possibilité de s’établir au-delà des rapports de séduction, Pi Ja Ma met sa forte personnalité à l’œuvre et présente une véritable puissance de sa personne. Ce faisant, le chant s’accorde avec l’évolution générale : susurrée, assurée et, parfois même, hurlée, la voix de l’artiste prend les directions qui lui plaisent sans rien demander à qui que ce soit. Et puisque certains risques méritent d’être pris, le défi est relevé haut la main.

Samedi 26 août 2023 :

Mélissa Laveaux (Québec – BLUES/FOLK/R&B HAÏTIEN) 19H00-20H00

Après l’excellent Radyo Siwèl en 2018, Mélissa Laveaux est de retour avec un nouvel et quatrième album studio : Mama Forgot Her Name Was Miracle, un disque spirituel, poétique et hautement émancipatoire.

Si les rituels et les modèles dont on hérite sont parfois défaillants, dépassés voire rétrogrades, libre à nous d’innover ! Avec Mama Forgot Her Name Was Miracle, Mélissa Laveaux réensauvage la berceuse en convoquant de puissantes voix d’outre-temps, d’Audre Lorde à la déesse Lilith, pour créer une toute nouvelle mythologie. Alternative. Féministe. Moderne. Subversive. Car changer les légendes, c’est changer le présent.

Lulu Van Trapp (France – MUSIQUE ALTERNATIVE/ROCK INDÉ/SYNTH POP) 20H45-21H35

Depuis 2017, Lulu Van Trapp compose, tourne, sort des clips, organise d’immenses bals costumés, monte sur scène en costume trois pièces,
en sort nu.e, et met la misère avec ses chansons d’amour. Une fille et trois garçons que l’on voit grandir le long des dix morceaux de leur premier album I’M NOT HERE TO SAVE THE WORLD, entre rock, r’n’b et synth pop, entre violence et tendresse. Quand on leur demande pourquoi ils font tout cela, leur réponse tombe comme une révélation : « On essaye de se libérer de la maladie moderne de l’égo ».

Mademoiselle K (France- ROCK) 22H30-23H30

« Histoire de sexisme malheureusement banale pour Katerine Gierak, tête pensante et musicale du groupe Mademoiselle K (c’est évidemment elle) : arrivée sur la scène rock au début des années 2000, elle ne cesse d’entendre « qu’elle joue bien de la guitare… pour une fille ». Sans esprit de vengeance mais poussée par l’envie d’en découdre quand même, Mademoiselle K sort un premier album Ça Me
Vexe
qui l’impose déjà. Le deuxième, Jamais la paix, est nommé aux Victoires de la musique comme meilleur album de rock, en 2009.»
« Mademoiselle K nous avait manqué. Cinq ans se sont écoulés depuis son dernier album, Sous les brûlures l’incandescence intacte, l’un des meilleurs qu’ait porté la chanson française. Dans un rock français qui a toujours eu quelques difficultés à se conjuguer au féminin, l’exigeante Katerine Gierak s’est très vite imposée.

Macadam crocodile (France – TRANCE/DISCO ROCK/ELECTRO/AFRO FUNK) 00H-01H00

Xavier Polycarpe (Gush) et Vincent Brulin (IZIA, Alain Chamfort) ont longtemps écumé les scènes nationales et internationales, leur
réunion, après des années à accumuler de l’expérience, sonne comme le besoin de faire danser sans stratégie, de jouer, tout simplement, d’apporter cette folie du live qui les caractérise désormais. Macadam Crocodile, c’est une jam new-disco bourrée de synthés, de batteries afro-funk, faite de délires pop qui brillent par leur spontanéité.

Dimanche 27 août 2023

Diane Tell (Québec – CHANSON/POP/JAZZ) 20h15-21h30

Des grands classiques aux nouveautés en passant par un répertoire de chansons adaptées à la formule musicale, Diane Tell chante, joue de la guitare et cause sur scène pour notre grand plaisir ! La voix, le sourire, les frissons, les « dianetelleries » musicales comme on dit, il faut s’attendre à la retrouver telle qu’elle a toujours été : fraîche et naturelle. Pouunique, accompagnée de musiciens exceptionnels, elle nous promet un concert conçu en exclusivité pour le festival.

Voyou (France – CHANSON/POP) 22H00-23H00

Le nouvel album de Voyou, Les Royaumes Minuscules, s’écoute comme si la musique avait des bras et nous enveloppait de sa peau, à la manière d’une amie ou d’un animal. Sensibles et chaleureux, les 11 morceaux qui le composent ont tous un corps et une histoire.

Musicien complet, Voyou poursuit et précise sa trajectoire en bâtissant ces nouveaux royaumes de trois minutes. Entièrement composés, écrits et arrangés par lui, ils ont d’abord été enregistrés dans divers studios français, avant de voyager au Brésil, où Voyou est parti, seul, enregistrer les rythmiques. Ces voyages et ces rencontres, multiples, confèrent au disque une chaleur palpable. À la manière des musiques sud-américaines, de la nouvelle scène soul jazz UK et des musiques orientales dans lesquelles Voyou aime s’immerger au quotidien, Les Royaumes Minuscules déborde d’âme.

UssaR (France – CHANSON/POP) 19H00-20H00

Il y a les artistes que l’on place immédiatement dans une case dès la première écoute. Et puis il y a ceux qui suscitent, avec bonheur, trouble et interrogation. Sans aucun doute les plus intéressants. Ceux dont on sait que l’on ne va pas se lasser du jour au lendemain, ceux dont on sait, dès la première note jaillie, les premiers mots prononcés, que l’on n’en finira pas de sitôt d’en épuiser les multiples contours. On aura bien sûr compris à quelle catégorie appartient Emmanuel Trouvé, alias UssaR, électron très libre, tourbillonnant sans attache, autour d’une chanson française vrillée, habitée par l’éclat d’un piano, et de subtiles arabesques électroniques.

Pour découvrir la programmation complète




Article précédentSougéal près de Pontorson. La réserve naturelle du Marais est une idée de randonnée
Article suivantLes Clopes. Quand la new wave a de l’humour

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici