LE CHANT DU LOUP. BON PREMIER FILM D’ANTONIN BAUDRY

Après avoir adapté sa bande dessinée Quai d’Orsay pour le film éponyme de Bertrand Tavernier, Antonin Baudry passe pour la première fois derrière la caméra pour Le Chant du Loup avec François Civil, Omar Sy, Reda Kateb et Mathieu Kassovitz. Le jeune cinéaste, plus connu sous le nom d’Abel Lanzac sous lequel il avait signé sa BD, livre ici un thriller efficace et bien rythmé.

François Civil, Omar Sy, Reda Kateb et Mathieu Kassovitz composent le casting principal du Chant du Loup. Fruit d’un scénario efficace et d’une bonne direction d’acteurs, leurs performances contribuent beaucoup à l’implication dans le récit. Toujours justes et sans effet de style (malgré quelques dialogues ampoulés…), l’ensemble forme un tout cohérent qui immerge le spectateur immédiatement dans l’action.

chant du loup

François Civil interprète le personnage principal, Chanteraide, dit « Oreille d’Or ». Analyste de guerre acoustique, sa mission à bord de sous-marins est d’identifier les sons alentours. Le spectateur l’observe être, le casque sur les oreilles, attentif à la moindre vibration étrange. L’essentiel du film Le Chant du Loup se déroulant dans un sous-marin, le décor est de fait étroit. Malgré cet espace réduit, la caméra d’Antonin Baudry réussit à créer de la tension et impliquer son spectateur dans ce lieu confiné, notamment en jouant avec le montage.

chant du loup

Pour l’assister, le cinéaste a fait appel aux services du monteur confirmé Saar Klein, (Almost Famous, La Ligne Rouge). Pour Le Chant du Loup, Klein a su habilement jouer avec les plans serrés de Baudry, alternant avec brio les regards tendus et silencieux des personnages, les nécessaires inserts sur les consoles d’écoute et quelques plans d’extérieur afin de conserver un film dense, mais toujours ludique.  Au service du sentiment d’immersion, le réalisateur a également souhaité jouer sur le son. Il a fait appel au sound-designer Randy Thom, et son équipe du Skywalker Ranch, le laboratoire audiovisuel de George Lucas. Le Chant du Loup qui s’appuie essentiellement sur les écoutes des fonds marins fait bon usage du mixage sonore pour communiquer une grande quantité d’information dans des scènes qui rappellent la Poursuite d’Octobre Rouge.

chant du loup

Pour autant, le spectateur se prend parfois à regretter un manque d’inventivité du long-métrage. Par exemple, une scène de test auditif de Chanteraide est filmée de la même façon que ses autres écoutes dans le sous-marin, alors que les enjeux sont complètement différents. De même, on s’interroge sur l’intérêt narratif du personnage de Paula Beer, qui joue la copine de Civil et qui est complètement déconnectée de l’intrigue principale… Enfin, il est regrettable que les scènes en intérieur du sous-marin se limitent pour beaucoup au centre opérationnel. Les autres coursives servent juste de bref décor à une scène finale, là où une bonne mise en scène aurait pu faire exister cet ensemble à l’écran.

chant du loupMalgré ces défauts, Le Chant du Loup est un bon premier film. À l’heure où l’on jette des millions d’euros dans des comédies mal réalisées qui ne remboursent jamais leur budget, Le Chant du Loup est le signe encourageant qu’il est encore possible de faire du cinéma en France.chant du loup

Il convient par ailleurs de saluer Chi-Fou-Mi Productions pour leur audace. En confiant un tel budget (20 millions d’euros) pour un premier film, la boîte de production démontre une volonté de renouvellement de l’industrie. Cette somme conséquente permet à Antonin Baudry de déployer les moyens nécessaires pour raconter efficacement son histoire. Un scénario de qualité, des acteurs convaincants, une réalisation et un montage compétents. Le Chant du Loup est un bon film, et son réalisateur un cinéaste à suivre.

Titre original : Le Chant du loup
Titre international : The Wolf’s Call
Réalisation et scénario : Antonin Baudry
Décors : Benoît Barouh
Costumes : Mimi Lempicka
Photographie : Pierre Cottereau
Son : Nicolas Cantin, Thomas Desjonquères et Raphaël Mouterde
Montage : Nassim Gordji Tehrani et Saar Klein
Musique : Tomandandy
Production : Alain Attal, Hugo Sélignac et Jérôme Seydoux
Coproducteur : Ardavan Safaee
Sociétés de production : Les Productions du Trésor, Pathé Production et Chi-Fou-Mi Productions ; Jouror Productions (coproduction)
Sociétés de distribution : Pathé Distribution (France) ; Alternative Films (Belgique), Pathé Films AG (Suisse romande)
Genre : drame, guerre
Langue originale : français
Budget : 20 millions d’euros
Format : couleur
Genre : drame
Durée : 115 minutes
Dates de sortie : Belgique, France, Suisse romande : 20 février 2019

2 Commentaires

  1. Dans la Royale pendant quelques années dans ma jeunesse, j’ai toujours du mal à voir les films consacrés au sujet pour ce qu’ils sont. À savoir du divertissement.
    Aussi, les passages où l’on voit les personnages saluer tête nue à la mode US me gêne. Est ce passé dans les moeurs dans notre marine ?

    • Pas du tout, et heureusement (je n’ai jamais vu personne commettre cette erreur). Je suis d’ailleurs passablement choqué que les acteurs n’aient pas fait l’effort d’apprendre à saluer correctement.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom