Cégolène Frisque présente Le jeu de la lumière et du hasard dans le hall de la bibliothèque universitaire de Rennes 2, lieu de passage incontournable des étudiants. Cette série d’une quarantaine de photographies a pour fil conducteur le jeu de la lumière. Une exposition à découvrir du 1er décembre 2016 au 27 janvier 2017.

 

Cégolène Frisque Il y a trois ans, Cégolène Frisque, enseignante-chercheuse en sociologie, a renoué avec une de ses passions de jeunesse : la photographie. À l’occasion d’un voyage à Cracovie où elle achète un nouvel appareil. (À titre d’anecdote, la photographie de l’affiche a été prise durant ce voyage, sur la place du marché principal de Cracovie).

Avec déjà plusieurs expositions à son actif, Cégolène Frisque a eu cette idée d’exposition personnelle à la bibliothèque universitaire. Un projet soutenu par Dominique Bougé-Grandon, responsable du SCD (Service Commun de la Documentation), dans une perspective d’ouverture culturelle et de soutien à la création. Douglas McBride, photographe lui aussi, avec qui elle expose en ce moment à l’Office du tourisme de Rennes et à la Galerie La Chambre claire (Rennes 2), a également joué un rôle dans son travail. À la fois soutien moral et technique, il est le premier à qui elle a montré ses photographies.

En quête de « combinaisons magiques » entre lumière, matières et structures, Cégolène Frisque se laisse guider par ses sentiments. Si les photographies sont majoritairement prises dans l’espace urbain, la nature n’en demeure pas moins présente. Cégolène Frisque explore autant les lieux de son quotidien tels que les abords de son immeuble, le jardin du Thabor ou la halle de la Courrouze, que les villes européennes où elle voyage.

Cégolène Frisque Les photographies sont le fruit de la rencontre fortuite d’un espace, d’un instant et de l’objectif de l’artiste. Le temps parfois de s’arrêter, sortir l’appareil photo, et le rayon de lumière disparaît et avec lui la magie de l’effet. Ce hasard, Cégolène Frisque le nomme, à juste titre, « sérendipité » suggérant cette idée de découverte scientifique par accident. Ici, cependant, le laboratoire scientifique devient laboratoire artistique où l’expérience se fait photographique.

Dans cette sorte d’archéologie urbaine, Cégolène Frisque fait preuve d’un esprit du détail et invite à une nouvelle perception de l’espace. En révélant les éléments de notre environnement tels qu’ils sont, l’artiste apporte une nouvelle beauté : celle de l’authenticité. Les stigmates du temps transparaissent ainsi à travers l’oxydation ou l’usure du bois. Provoquant parfois une désorientation, les photographies sonnent comme un appel à l’imagination, au voyage. C’est d’ailleurs pour mieux se les approprier que les photographies n’ont pas de titre. À travers des jeux de miroirs, le ciel et l’eau tendent à se confondre. Bien qu’il puisse y avoir des effets de collage et d’assemblage, les photographies sont réalisées en prise de vue unique. Par les interpénétrations, la végétation se retrouve superposée aux vitres et au ciel ou sur un ton humoristique coincée physiquement dans une fenêtre.

Cégolène Frisque La présence humaine est quant à elle davantage suggérée par les objets et les éléments architecturaux. Les photographies comportent cependant de nombreuses surprises qu’une observation attentive sera démasquée : autoportraits cachés, silhouettes des passants…

La démarche plastique est aussi fondée sur une recherche des effets graphiques. Les lignes sont tantôt rectilignes, tantôt ondulantes apportant des effets de structuration et de mouvement. Le rapport pictural à la photographie est aussi une dimension frappante. Les photographies semblent parfois se muer en tableaux abstraits ponctués de touches colorées et d’aplats de couleurs. Ce rapport à la photographie s’explique peut-être par la pratique du dessin et de la peinture durant la jeunesse de l’artiste.

De manière plutôt originale, l’exposition s’accompagne d’une sélection d’ouvrages ayant construit le regard de Cégolène Frisque ou dont les travaux entrent en résonance avec les siens. On trouvera par exemple un ouvrage sur l’avant-garde photographique en Allemagne entre 1919 et 1939 ou encore des monographies sur Saul Leiter et Man Ray.

Exposition photographique Cégolène Frisque : Le jeu de la lumière et du hasard
Bibliothèque universitaire Campus Villejean. Bâtiment H-Rez de chaussée
L’exposition « Le jeu de la lumière et du hasard » sera ensuite exposée à l’Université Permanente de Nantes puis à Proxinnov à La Roche-sur-Yon.

Rencontre avec l’auteur le samedi 7 janvier 2017 16h-17 h30

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Facebook : Cégolène Frisque Expo photo
site web : www.cegolene-frisque-photo.fr

Crédit photo : Cégolène Frisque

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom