Vous n’êtes sûrement pas sans savoir que n’importe quel spectacle ou événement culturel rime avec déploiement de matériel électrique, de décors, d’outils pour la diffusion du son, etc. Bien trop souvent, toute cette artillerie n’est exploitée qu’une seule fois avant de finir sa vie à la déchetterie. L’association rennaise La Caverne réemploi du spectacle s’élève alors pour lutter contre ce gaspillage et ancrer le monde de la culture dans une démarche éco-responsable.

La Caverne réemploi du spectacle est un projet qui a fleuri dans les esprits d’Hugo Plouvier et de Pierre Lailler au mois de mars 2019. « Ce projet est né d’un constat très simple. Aujourd’hui le matériel technique et les matériaux du spectacle sont utilisés suivant un cycle normal qui est : on achète, on exploite et ensuite, on met de côté ou on met en déchetterie. Et nous, en tant que musiciens et acteurs de la culture, nous nous sommes rendus compte que ce matériel peut continuer à servir. Il n’est pas obsolète après une utilisation et est en parfait état de marche. En plus, ce matériel pourrait bénéficier à l’ensemble de la communauté culturelle qui elle, a parfois du mal à accéder aux moyens techniques et financiers pour s’équiper », explique Hugo.

« Ce besoin de réemployer du matériel du spectacle est constaté par l’ensemble des acteurs culturels. Nous n’avons pas inventé l’eau chaude, nous avons simplement fait quelque chose qui n’avait pas encore été mis au point : remettre en état de marche du matériel déjà utilisé. » – Hugo Plouvier

Du matériel de spectacle ? Il y en a dans toutes les structures culturelles. Hugo et Pierre soulignent ne pas avoir besoin d’engager de démarches particulières pour aller rechercher ce matériel-ci. Leurs partenaires font appel à eux dès qu’ils constatent qu’ils n’ont plus l’usage de tel ou tel produit. D’autre part, plusieurs structures les contactent lorsqu’elles organisent des spectacles ou des événements culturels pour savoir s’ils possèdent dans leurs stocks le matériel dont elles ont besoin.

La caverne
De gauche à droite : Pierre Lailler, Meryl Hugues et Hugo Plouvier.

Lui même musicien, Hugo fait partie d’un groupe de rock ‘n’ roll appelé : « The Spirit of Rage » (leur page Facebook :ici). Sa rencontre avec Pierre illustre d’ailleurs à merveille leur passion commune pour la musique puisque celle-ci s’est produite lors d’un des concerts donné par le groupe d’Hugo pour lequel Pierre était le régisseur son.

Le projet de La Caverne réemploi du spectacle est resté une idée jusqu’au mois de septembre 2019. À cette date, les deux initiateurs ont intégré un incubateur de l’économie sociale et solidaire : TAg 35 afin d’être épaulés dans le développement de leur association. « Aujourd’hui, nous en sommes à la phase de prototypage et d’expérimentation. Nous sommes en train de construire le modèle économique et le plan d’affaires de l’association, en même temps que nous expérimentons les premiers usages de La Caverne : récolter du matériel, mettre au point des plannings de logistique, faire de la maintenance et de l’exploitation », précise Hugo.La caverne

Sur le site Helloasso destiné à La Caverne, plusieurs façons de manifester votre soutien au projet s’offrent à vous. Premièrement, que vous soyez un particulier, une association ou une institution privée ou publique, vous pouvez adhérer à La Caverne en cotisant annuellement pour le projet (ici). Selon Hugo, il est important que tous les partenaires, les bénévoles, les passionnés et les curieux qui souhaitent prendre part à ce projet et l’encourager puissent le faire en adhérant à l’association. Il estime qu’un « intérêt général est porté par l’association » et que ces adhésions financières sont également un moyen pour Pierre et lui de formaliser les liens avec leurs partenaires. « Les structures avec lesquelles nous travaillons sont toutes adhérentes à La Caverne. Elles adhèrent aux valeurs du projet, mais aussi à la volonté d’expérimenter notre modèle économique », a tenu à souligner le musicien de The Spirit of Rage.

La caverne

Le deuxième moyen de prêter main forte à La Caverne est… la boutique en ligne (ici) ! Hugo détaille cet à-côté le sourire aux bords des lèvres : « Le merchandising aux couleurs de l’association a été pensé afin que les adhérents et futurs adhérents puissent nous soutenir tout en portant fièrement les couleurs de La Caverne… en faisant leur marché par exemple (rires) ». [Unidivers précise que cet entretien a été réalisé avant l’époque du confinement obligatoire. Faire son marché en portant les couleurs de La Caverne n’est donc pas pour tout de suite… Mais vous pouvez d’ores et déjà porter fièrement un de ces chouettes tee-shirts ou pulls de chez vous, prendre votre meilleur selfie et le partager sur tous vos réseaux sociaux.]

Bien sûr, La Caverne réemploi du spectacle accepte également à bras (grands) ouverts tous les dons qui pourraient lui être gracieusement proposés.

Toutes ces aides financières constitueront un fond commun nécessaire au lancement de l’association. Une fois sur les rails, La Caverne espère jouir d’un modèle économique bâti autour de 3 axes :

  • 1) Sensibiliser et accompagner l’environnement du spectacle dans une démarche éco-responsable. « En amont de nos activités de collecte et de réexploitation, nous proposons des ateliers de service parce que nous sommes convaincus que le meilleur moyen de réduire les déchets c’est avant tout de ne pas en générer. Nous sensibilisons donc nos partenaires aux pratiques et techniques éco-coresponsables, notamment en les conseillant sur comment limiter l’utilisation de certains matériaux ou en leur expliquant comment démonter des scènes tout en permettant le réemploi et la réparabilité par la suite », détaille Hugo Plouvier.
  • 2) Récolter des matériels et matériaux qui ne sont plus utilisés. Là aussi, deux axes sont à prendre en compte. Soit le matériel est réutilisable auprès de structures associatives ou de petites structures culturelles permanentes qui souhaitent s’équiper à moindre coût. Dans ce cas, La Caverne proposera du matériel destiné à la vente, mais sous forme de déstockage, de la vente à moindre coût donc. L’idée d’Hugo et de Pierre n’est pas d’avoir un magasin permanent, mais plutôt d’organiser des ventes trimestrielles. Concernant la récolte du matériel, Hugo précise : « Comme nous travaillons dans une logique éco-responsable, toutes les collectes que nous avons organisé jusqu’à présent, ont été mises au point avec Cyclogistic, un partenaire qui propose de déplacements de matériel à vélo. Il est, je pense, important de le souligner car notre objectif est de nous ancrer au cœur d’une démarche éco-coresponsable dans le secteur de la culture, un environnement qui ne l’est pas forcément. Proposer des sensibilisations et des actions de collectes décarbonées nous inscrit donc dans une boucle éco-citoyenne complète. C’est aussi cela qui plaît à nos interlocuteurs ».
  • 3) Mutualiser le matériel collecté qui est parfaitement opérationnel. Prenons un exemple tout simple : une console permettant de contrôler le son ou la lumière pour un concert. Si cet élément est parfaitement opérationnel et absolument d’actualité dans les usages, plutôt que de le destiner à la vente, La Caverne le conservera en mutualisation. Il servira ainsi à tous les sociétaires membres de la coopérative, suivant le même principe de fonctionnement qu’une médiathèque.
La caverne
Exemple de matériel déjà récolté par La Caverne. Photo : Hugo Plouvier.

Pour l’heure, La Caverne a essentiellement récolté du matériel scénique et du matériel de lumière, notamment dans une structure culturelle publique et auprès d’une structure associative culturelle de la métropole rennaise. Hugo et Pierre espèrent prochainement récupérer du matériel électrique, du matériel de diffusion de son et des décors. Des collectes et de exploitations de matériel sont également prévues dès que la situation le permettra de nouveau. À titre d’exemple, La Caverne aurait duapporter du matériel technique et ses compétences lors du Licorne Fest, la quatrième édition d’un festival rennais de musique métal qui devait se dérouler les 3 et 4 avril 2020.

La Caverne réemploi du spectacle est actuellement gracieusement hébergée par l’association Déclic, association de photographie à Saint-Jacques-de-la-Lande qui propose des ateliers d’éducation à la photographie et des stages. Dans le cours de l’année, Hugo, Pierre et leurs collègues aimeraient déménager dans leur propre local, « mais pas avant d’avoir fini de construire le plan de financement de l’activité », rappelle Hugo.

La Caverne réemploi du spectacle et d’autres ressourceries culturelles travaillent actuellement à la construction d’un réseau national afin que des services de réemploi de matériel, similiares à ceux proposés par cette association rennaise, germent un peu partout sur le territoire français.

La Caverne devrait être entièrement opérationnelle dès janvier 2021. 

Pour vous faire patienter en musique jusque là (et surtout pendant ce temps de confinement), les différents acteurs de ce beau projet culturel ont concocté pour vous une playlist uniquement de reprises, tous styles confondus (ici). À vos enceintes !

La caverne
Hugo Plouvier (à droite) lors de sa visite du Crapo de La Ressourcerie du Spectacle à Vitry – Facebook La Caverne réemploi du spectacle.

Helloasso de La Caverne réemploi du spectacle 

Page Facebook de La Caverne 

Linkedin de La Caverne 

Un commentaire

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom