Du 23 octobre 2012 au 27 janvier 2013, le site François-Mitterrand de la BNF propose à son public, dans la Grande Galerie, d’admirer la plus majestueuse collection mondiale de « portulans », ces cartes marines enluminées sur parchemin. Pas moins de 80 de ces cartes marines sont présentées lors de cet événement, la plus ancienne datant de la fin du XIIIe siècle, la fameuse « carte Pisane ».

Cet assemblage raconte le récit de la conquête du monde à travers cinq siècles d’histoire. Et si tout n’est pas d’une véracité intangible, l’ensemble est visuellement somptueux. Ces objets servirent tout autant à la navigation qu’à la décoration.

La mise en scène de l’exposition est très cohérence. D’emblée, le public est accueilli par une bande-son qui invite au voyage, aucun son d’ambiance ne manque : des oiseaux, bruit des vagues, flottement des bateaux…

La suite du voyage se poursuit avec la présentation de sublimes parchemins qui permettent de découvrir une multitude d’informations inconnues. On apprend notamment quels tours a pris l’intense rivalité entre les plus grandes puissances maritimes européennes (Portugais, Hollandais, Français, Anglais, Espagnols). Une rivalité qui a provoqué paradoxalement une spirale vertueuse dans le progrès des connaissances aussi bien techniques qu’intellectuelles.

C’est tous ces faits et événements qui sont racontés par l’ensemble des cartes contenues dans cette exposition. L’infinité du monde y est présentée dans sa splendeur et sa profondeur.

Une exposition qui offre d’admirer des cartes qui sont autant des œuvres d’art que des témoignages historiques.

2 Commentaires

  1. Les cartes sont un reflet du monde à un instant T, de l’influence qu’ont pu avoir des zones géographiques. Nous avons l’habitude de voir le monde centré sur l’Europe mais justement ce n’est pas valable partout. Le Romains, les Grecs, les Perses, Ottomans, la prédominance de la méditerranée dans notre cartographie avant que les grands navigateurs portugais, espagnols, anglais, français, italiens, hollandais sillonnent les mers pour rajouter continents iles avec une iconographie riche en couleur et en rêves.
    Les cartes ont donc une dimension politique pour retranscrire les découvertes, façonner des empires. J’espère que cette exposition a le bon goût d’aborder cela aussi, autrement que par la simple précision scientifique des cartes.

  2. Hello Didier
    Bien évidemment que ce point est abordé lors de cette exposition. Pas de façon profonde mais suffisament pour permettre à un public curieux de se renseigner et d’apprendre la mutation historique qui a découlée de ces moments de l’Histoire

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom