Le 16 mars 1978, le super-tanker américain Amoco Cadiz s’échoue à quelques milles du littoral du Nord-Finistère, devant Portsall. À l’origine de l’une des plus importantes marées noires de l’histoire, cette catastrophe a aussi permis une véritable prise de conscience écologique. Une exposition itinérante « Bleu Pétrole – Le scandale Amoco » se tient au Sémaphore de la Pointe du Grouin à Cancale, du 10 juillet au 28 août 2020 ; une version itinérante de l’exposition sera présentée aux Archives départementales de Rennes du 14 septembre au 8 janvier 2021.

L’Amoco Cadiz, navire américain battant pavillon libérien et conduit par un équipage italien, s’échoue près du littoral finistérien le 16 mars 1978, vers 22 h 00. En 15 jours, ce sont 227 000 tonnes de pétrole brut qui se déverseront à la mer et pollueront 400 km de côtes. Depuis la marée noire « inaugurale » du Torrey Canyon le 18 mars 1967, c’est la troisième fois que les côtes bretonnes sont souillées par les hydrocarbures. Celle de trop.

bleu petrole

Si l’Amoco Cadiz tient aujourd’hui encore une place à part dans la mémoire collective des Bretons, c’est que son échouement a donné lieu à la pire marée noire alors jamais enregistrée dans le monde, par la quantité incroyable de pétrole brut qu’il a déversé à la mer. Bien d’autres pollutions aux hydrocarbures ont suivi, parfois tout aussi dramatiques, mais jamais depuis une telle quantité de pétrole ne s’est échappée en une seule fois d’un même bateau.

4 mois d’un travail acharné seront nécessaires pour nettoyer le rivage, au moins en surface, et plusieurs années à la flore et à la faune durement impactées pour retrouver un équilibre.

Dans le pays tout entier, le choc est à la mesure de l’importance du sinistre, amplifié encore par la médiatisation massive dont celui-ci fait l’objet. Pour une partie de la population, cette tragédie doit être comprise comme le signal qui sonne le glas de l’économie capitaliste et du mode de vie des « 30 glorieuses ». La nappe visqueuse et mortelle qui endeuille la Bretagne c’est le pétrole des voitures, la rançon d’un certain « progrès », le résultat d’une marche du monde qu’il est temps de remettre en question.

bleu petrole

Depuis, de nombreuses avancées ont été menées au niveau mondial pour sécuriser un transport maritime dont l’ampleur ne cesse de croître et pour prévenir et combattre des pollutions marines qui ne se limitent plus désormais aux seuls hydrocarbures. La tragédie de l’Amoco Cadiz a eu pour vertu de faire progresser la prise de conscience collective de la fragilité du milieu et de la nécessité de le protéger. Afin d’améliorer le suivi écologique, des directives nationales et européennes ont imposé l’étude régulière du littoral. C’est ainsi que l’Observatoire du littoral breton a été créé pour mesurer et consigner dans la durée l’état des écosystèmes.

Sur le plan judiciaire, le jugement pionnier auquel a donné lieu l’épique combat judiciaire engagé par les Bretons a fait jurisprudence. La reconnaissance de la responsabilité pleine et entière du groupe pétrolier américain à l’origine de la pollution et les pénalités financières ont amené les armateurs à plus de prudence dans leur course au profit.

bleu petrole

« Bleu Pétrole », une histoire de famille…

Histoire romancée d’une famille bretonne face à la catastrophe de l’Amoco Cadiz, la bande dessinée « Bleu Pétrole », de Gwénola Morizur (scénario) et Fanny Montgermont (dessin), a été publiée en 2017 dans la collection Grand Angle, chez Bamboo Édition.

L’ouvrage retrace la catastrophe de l’Amoco Cadiz à travers le destin d’une famille, dont le père Léon, maire de Ploudalmézeau, se bat contre la compagnie pétrolière américaine Standard Oil of Indiana, maison mère d’Amoco Transport qui possède le bateau. Sa fille, Bleu, se fait le témoin des événements. Le personnage de Léon est inspiré d’Alphonse Arzel, maire de Ploudalmézeau en 1978 et grand-père de la scénariste Gwénola Morizur. Pendant 14 années, Alphonse Arzel s’est battu avec force pour voir finalement la compagnie pétrolière, affréteuse du bateau, condamnée. Gwénola Morizur s’est inspirée de cette histoire de famille, avec laquelle elle a grandi, pour écrire le scénario de ce projet mêlant fiction et réalité.

Les planches à l’aquarelle qui illustrent l’ouvrage sont réalisées par la dessinatrice et coloriste Fanny Montgermont. Ses dessins sont inspirés des lieux du naufrage mais aussi de livres et de photographies d’époque.

bleu petrole

Une exposition itinérante au Sémaphore de la Pointe du Grouin

Cette quatorzième édition du rendez-vous « Bande dessinée et Histoire » s’inscrit dans un cycle plus largement consacré à l’environnement lancé par les Archives départementales pour les années 2020-2021, en lien avec le projet de mandature. Dans ce cadre, les thématiques abordées sont notamment liées à l’environnement et l’éco-citoyenneté. L’exposition itinérante « Bleu Pétrole – Le scandale Amoco » au Sémaphore de la Pointe du Grouin, du 10 juillet au 28 août 2020, est une version itinérante de l’exposition qui sera présentée aux Archives départementales du 14 septembre au 8 janvier 2021.

L’exposition « Bleu Pétrole – Le scandale Amoco » retrace les événements de 1978 et en prolonge les implications politiques, citoyennes et environnementales aujourd’hui. Les visiteurs pourront ainsi s’immerger dans l’histoire, de la dérive du bateau et son échouement le 16 mars 1978 aux pollutions maritimes et enjeux écologiques actuels, en passant par les mobilisations des Bretons et de leurs élus, les actions menées, sans oublier l’épopée du procès américain.

L’exposition prend appui sur la bande dessinée « Bleu Pétrole » de Gwénola Morizur et Fanny Montgermont en reprenant son point de vue narratif : celui des habitants du nord Finistère, premières victimes de la marée noire. L’exposition est également nourrie par de nombreux documents issus des fonds des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, mais aussi des archives départementales du Finistère et des Côtes-d’Armor, ces départements ayant été plus particulièrement touchés par la catastrophe. Au Sémaphore de la Pointe du Grouin, l’exposition est constituée de 24 panneaux illustrés de reproductions d’archives et de visuels de la bande-dessinée. Deux films seront aussi proposés : une interview des auteures et des extraits de programmes télévisés issus des collections de l’INA.

La Marine Nationale ayant été un acteur majeur de cet événement, un partenariat spécial est mis en place avec le Service Historique de la Défense qui prête de nombreux documents pour cette exposition et participe au comité scientifique de celle-ci.

Nouveauté cette année : les visiteurs de l’exposition, comme les non-visiteurs, auront la possibilité de partager leur expérience personnelle du naufrage de l’Amoco Cadiz. Souvenirs, témoignages audio, vidéo, iconographiques ou écrits : cette collecte, qui commence dès le 10 juillet via le site internet www.archives35.fr permettra une pleine appropriation du propos de l’exposition par le public. Les documents originaux qui seront prêtés seront numérisés et consultables sur des bornes informatiques aux archives départementales et sur le site internet pendant toute la durée de l’exposition.

Exposition Bleu pétrole – le scandale Amoco : Infos pratiques

Du 10 juillet au 28 août 2020
Sémaphore de la pointe du Grouin – CANCALE Entrée libre et gratuite de 14 h à 19 h sauf le samedi

Du 14 septembre 2020 au 8 janvier 2021
Archives départementales d’Ille-et-Vilaine
1 rue Jacques Léonard – RENNES
Tél. : 02 99 02 40 00 – www.archives35.fr
Entrée libre et gratuite du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 30, fermeture le premier lundi de chaque mois

• Commissaire d’exposition
Charlotte Sarrazin

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom