Pop-folk loudeaco-islandaise, une invitation au voyage par de jeunes musiciens à l’opiniâtreté disonnante et raffinée en chemin vers des terres sauvages mais domestiquées. Un Occident rêvant d’aurore boréale. Une fois arrivé au terme de sa bonne cuisine d’influences, Bumpkin Island deviendra-t-il un Noma breton ? A good ward.

 

En s’endormant, Zarathoustra parla ainsi à son cœur :
Silence ! Silence ! Le monde ne vient-il pas de s’accomplir ? Que m’arrive-t-il donc ?
Comme un vent délicieux danse invisiblement sur les scintillantes paillettes de la mer, léger, léger comme une plume : ainsi  le sommeil danse sur moi.
Il ne me ferme pas les yeux, il laisse mon âme en éveil. Il est léger, en vérité, léger comme une plume.
Il me persuade, je ne sais comment ? il me touche intérieurement d’une main caressante, il me fait violence. Oui, il me fait violence, en sorte que mon âme s’élargit :
comme elle s’allonge fatiguée, mon âme singulière ! Le soir d’un septième jour est-il venu pour elle en plein midi ? A-t-elle erré trop longtemps déjà, bienheureuse, parmi les choses bonnes et mûres ? (Nietzsche)

Perfect life par Bumpkin Island

 

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d'esprit…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom