Théo Mercier

Au centre de la salle du Quartz, le centre culturel de Brest dans le Finistère, se déploiera une vaste montagne de déchets accumulés dans la pénombre le mercredi 13 et le jeudi 14 mars 2024. Le public sera invité à venir découvrir Skinless, la fable écologique du plasticien Théo Mercier.

Sur le plateau du Quartz Scène nationale, l’artiste Théo Mercier agira comme à son habitude à la lisière des arts plastiques et de la scène pour créer Skinless. Les visiteurs seront surpris par une multitude de détritus scintillants issue d’une société de consommation au bord de l’implosion. Pour chacune de ses expositions, le plasticien collabore avec les déchetteries locales ou avec un centre de traitement des déchets, et l’installation de son œuvre crée le décor à partir des rebuts du territoire. La scène se transforme alors en sculpture non dépourvue de sensualité ! Pleine d’espérance, elle fera revivre la matière morte et inventera un monde en transition, vivant et métamorphosé.

Théo Mercier
Théo Mercier

L’exposition Skinless suit un processus qui permet de raconter une histoire locale du déchet. Dans chaque territoire où Théo Mercier expose, il fait de la scène une « radiographie déchétologique » du territoire. Par ce geste, il cherche à se délester d’une économie lourde de transport et de stockage de décors. Son objectif est de poursuivre une réflexion autour de l’emprunt de matière comme manière de générer et de régénérer les modèles de production. Théo Mercier est porté par un désir de continuer de vivre, de créer et de produire dans le monde globalisé, abîmé et saturé d’aujourd’hui. Il s’empare du déchet à la fois comme un problème dramatique de la globalisation, mais aussi comme circuit de réflexion sur les modèles de production à l’échelle internationale. Après utilisation, les produits de consommation deviennent des résidus encombrants et non désirables, enfouis dans les sols de la conscience et de l’action. Avec les créations de Théo Mercier, les visiteurs sont invités à s’interroger collectivement sur ce que veut dire : continuer de vivre et de composer…

Théo Mercier est né en 1984 à Paris. Il obtient un diplôme de l’École nationale supérieure de Création Industrielle de Paris en 2005 et projette de faire carrière dans le design de portières. Mais en réalité, c’est vers l’art contemporain qu’il s’oriente. Il rejoint l’atelier de Matthew Barney en 2008. L’année suivante, il décroche le Prix coup de cœur du Jury du Prix HSBC pour la photographie. Autodidacte, l’artiste français se dit libre et bouleverse l’ordre établi pour créer des sculptures et des collages étranges, souvent bizarres, parfois morbides, mais toujours conçus avec beaucoup d’harmonie et même d’humour (noir ! ). Il explore un territoire mouvant et foisonnant, jalonné d’œuvres transversales et plurivoques, en puisant sa matière intellectuelle dans l’anthropologie, l’ethnographie, la géopolitique et le tourisme.

Théo Mercier

Il expose à Paris et à New York en 2009, puis présente en 2010 Hunted Haunted/Bête et sauvage au Musée de la Chasse et de la Nature de Paris. Il participe à plusieurs expositions collectives, à Tokyo et à Londres. La même année, il fait partie des révélations de la Foire internationale d’art contemporain et rencontre le début d’un grand succès avec Solitaire, un bonhomme en spaghettis au regard attristé. Solitaire, avec ses deux mètres de haut, est devenu une icône dès sa première apparition, au Musée d’art moderne de la Ville de Paris en 2010. 

Son travail de plasticien fait l’objet de nombreuses expositions personnelles en France : Marseille en 2016, Musée de l’Homme à Paris en 2017, Mexique et aux États-Unis (à New-York et Los Angeles). Après avoir vécu à Rome et à New-York, Théo Mercier est un artiste nomade, également metteur en scène, qui vit aujourd’hui entre Paris et Mexico.

INFOS PRATIQUES

Skinless de Théo Mercier, les 13 et 14 mars 2024

Le Quartz, Scène nationale de Brest – 60, rue du Château à Brest (29)

Contact : 02 98 33 95 00

Article précédentAlienoid, protecteurs du futur. Un blockbuster qui mélange SF, fantasy et théâtre coréen
Article suivantUne femme debout, Sonia Pierre l’apatride
Marjolaine Tanguy
Marjolaine Tanguy est correspondante de presse dans le Finistère

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici