Quelle notion intéressante – certes, moins usitée que par le passé – et, surtout, quel joli mot que celui qui nous concerne aujourd’hui. La première fois que ce mot a fait tilt dans ma tête, ce devait être lors d’une écoute des Femmes savantes ; lors de sa fameuse tirade avec Trissotin, Vadius employa ce mot qui fit résonnance à mes douces oreilles.

Mais comme un mot n’est rien sans signification, la voici donc. C’est un jeu littéraire qui permet de composer de la poésie à partir de rimes imposées. Le procédé date du XVIIe siècle et serait le fruit du cerveau de Louis Neufgermain. Celui-ci pour rendre sa trouvaille publique composa deux recueils de bouts-rimés. Acte qui allait inspirer les plus grands : Molière, La Fontaine et Dumas, notamment.

Si, comme on vient de la voir, ce procédé est ancien, il perdure encore aujourd’hui à travers quelques adeptes. On pense à Serge Gainsbourg ou Léo Ferré qui pratiquaient l’exercice avec un certain talent et même un talent certain.

Comme quoi le génie est intemporel et surtout universel.

À titre d’exemple pour étayer le propos, voilà un bout-rimé spirituel :

Dumas est fin, aimable et doux comme une femme;
Son génie a créé Kean et Catilina,
Et tous ceux qui l’ont lu l’aiment de cœur et d’âme,
Car son brillant esprit jamais ne fouina.
Roi de la blague, avec les mots sa plume jongle;
Il nous fait dans Pitou voir un bon citoyen;
Nous montre d’Artagnan qui, sans peur, rogne l’ongle
De Richelieu, le prêtre à l’âme de païen.
Son souple talent, doux comme une mirabelle,
Dans un livre émouvant nous fait de Mirabeau
Admirer aisément la voie puissante et belle,
éclairant les esprits comme un divin flambeau.
En admirables vers ciselant l’Orestie,
Dans cette œuvre il a mis le cœur de Gabrio,
La verve de Méry, l’esprit, la repartie,
Dont il s’est fait le roi, seul et sans agio.
On lit ce qu’il écrit comme on mange une figue,
Une tarte à la crème, une aile de faisan;
Que ce soir un roman sur la Fronde ou la Ligue,
Ou le moyen de faire un plat au parmesan;
Car il cause de tout: la modeste noisette
Inspirerait sa verve autant qu’un gros pâté,
Et ce grand enchanteur sait peindre une grisette
Aussi bien qu’une reine ou qu’un âne bâté.

Alexandre Dumas par Dorval

Bout-rimé was last modified: octobre 24th, 2011 by David Norgeot

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom