Pour un premier album de BD, le scénariste, Jean-François Vivier, et le dessinateur, Pierre-Emmanuel Duquest, nous offre une bonne surprise ! Un scénario à la fois sobre et poignant servi par des planches réalisées entièrement à la main et en couleurs directes. Dans la veine de la biographie de Patrick de Gmeline consacré à Théodose, alias Tom, Morel et les résistants de Glières, le scénario se concentre sur les années de guerre, d’où une BD d’action (militaire) nimbée d’engagement politique, national et spirituel. Alors qu’il est loin d’être un cas isolé (cf. l’article consacré à Agnès de Nanteuil), ce type de héros de la Résistance, militaire de carrière, de formation catholique plutôt conservatrice, apporte un heureux complément à l’idéal type du résistant en vigueur dans les récits de guerre. Une bonne surprise qui, espérons-le, ne sera que la première d’une longue série. A mettre entre toutes les mains.

Tom Morel, Pierre-Emmanuel Dequest, Jean-François Vivier, Artège, Patrick de Gmeline, vivre libre ou mourir, glières, Entremont Il est des hommes qui se révèlent dans l’épreuve : ils sont rares, Tom Morel fait partie de ceux-là.  Jeune lieutenant en 1940, c’est un contexte extraordinaire qui va révéler sa gloire militaire et sa grandeur humaine. Alors que l’armée française vit la débâcle, il résiste avec courage et ténacité aux hommes de Mussolini sur les plus hauts sommets d’Europe.
Comment un homme de cette trempe aurait-il pu capituler ? Refusant tout compromis avec l’ennemi, il participe aux combats de «l’armée des ombres» avant d’entrer dans la lumière de la stratégie maîtrisée lors de son commandement du maquis des Glières. Soutenu dans l’adversité par une vie spirituelle profonde, il a marqué à vie tous ceux qui l’ont côtoyé de près comme de loin.
Tom Morel, Pierre-Emmanuel Dequest, Jean-François Vivier, Artège, Patrick de Gmeline, vivre libre ou mourir, glières, EntremontLe 9 mars 1944, Morel, âgé de 28 ans, et ses hommes investissent le village de Entremont, et prennent d’assaut l’Hôtel de France, siège de la police aux ordre de Vichy. Après un combat intense, les maquisards s’introduisent dans l’hôtel. Dans la confusion de la fouille des prisonniers, le chef de la police sort un pistolet et tire sur Tom avant d’être lui-même abattu. Morel s’écroule. Une seule balle en plein coeur, tirée par surprise, a mis fin à la vie du charismatique chef du maquis des Glières.

[stextbox id= »info » color= »0000cc »]

 Tom Morel, Pierre-Emmanuel Dequest, Jean-François Vivier, Artège, mai 2012, 48 p., 14,50€

[/stextbox]

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom