Le Musée des Beaux-Arts de Rennes s’obstine à présenter ses expositions temporaires dans ses arrières-salles, au rez-de-chaussée, tout au fond à gauche. On se demande encore pourquoi… Encore une fois avec la collection de dessins de Christian et Isabelle Adrien jusqu’au 26 août, le conservateur ne déroge pas à la règle. Rien de grave, mais bon, un jour peut-être, les Rennais auront le droit à une expo dans le patio au milieu des sculptures. Cela aurait « certainement » plus de gueule…

À reculons, le visiteur pénètre dans cette exposition. Mais en sortant, pas de regret, les dessins préparatoires sont bel et bien un art majeur qu’il faut découvrir lors d’une visite à pas feutrés. Il y a un je-ne-sais-quoi d’émouvant, de troublant même dans ces œuvres rassemblées tout au long d’une vie par un collectionneur d’origine bretonne, Christian Adrien, et sa femme.

musée des beaux arts, adrien, rubens, lemoyne, collection particulière

L’émotion esthétique ne sera pas celle que l’on peut ressentir devant le Nouveau-né de Georges de la Tour. Mais quel talent dans ces coups de crayon ! Quelle finesse dans ces sanguines ! Leur dessin est comme un trait d’union entre l’œuvre et le visiteur. Un délicat passage entre l’inspiration et la conception, entre l’imagination et la touche finale. Il est la préface de leur talent et leur marque indélébile.

 La découverte de ces près de quatre-vingts dessins sera une révélation pour celui qui tente de comprendre le travail de Poussin, Boucher, Bloemaert, Salviati et du grand Rubens. Indéniablement, le visiteur sera face à la force créatrice en mouvement, à l’imagination perpétuelle et à l’immense incertitude de l’artiste.

Jusqu’au 26 août, la présentation de ces esquisses, dont beaucoup sont encore inédites, marquera l’un des temps forts de la Semaine du dessin 2012 et de la programmation culturelle rennaise du printemps et de l’été prochains. Le catalogue de l’exposition, qui rassemble les notices des plus grands spécialistes de chaque artiste, est dirigé par Pierre Rosenberg, de l’Académie française. Encore un gage de la qualité de cet évènement culturel présenté au Musée des Beaux-Arts…

Jean-Christophe Collet
Le Musée des Beaux-Arts inaugure le 19 mai la salle consacrée au cabinet de curiosités de Robien. Bien plus qu’un érudit collectionneur, Christophe-Paul de Robien (1698-1756) est un homme des Lumières. Il s’est confronté, avec la réalisation de son cabinet, à l’expérimentation de nouvelles nomenclatures et classification des objets, poursuivant ainsi une quête humaniste de l’expérience sur soi et des conquêtes des savoirs. Plus de 300 pièces, en majorité extra-européennes, seront rassemblées dans son cabinet, accompagnées des plus beaux ouvrages de sa bibliothèque, ses peintures, ses dessins et gravures.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom