Et si vous profitiez de ces temps confinés pour vous abandonner à une retraite bouddhique ou à n’importe quelle autre sorte d’introspection ? Écrit et illustré par l’artiste Muxx, le livre Au fond du trou encourage cet exercice, car « ce que l’obscurité recèle mène parfois à la lumière ». Entretien.

 

Au fond du trou
L’artiste Muxx (Muriel Betrancourt de son vrai nom) a eu 44 ans le 15 avril 2020. Elle est née et travaille en tant que graphiste en freelance à Paris (NB : son grand-père était breton).

Unidivers – Pourquoi le pseudo Muxx ?

Muxx – Cela remonte à l’époque où je vivais en Angleterre. Pour se dire au revoir, les Anglais ont pour habitude de signer un message ou une lettre en écrivant « XX » ou « XOXO » (ce qui se traduit par “bisous bisous” en français. Le X symbolise quatre bras qui s’étreignent comme pour un câlin et le O les lèvres lors d’un baiser ou bisou). À cette époque, je signais donc mes lettres par “Mu. XX” (“Mu” pour Muriel) et je trouvais ça très chouette. Quand j’ai commencé à travailler dans l’illustration, j’ai donc pris ce pseudo.

Unidivers – Au fond du trou est-il le premier livre que vous avez entièrement créé ?

Muxx – Non, Au fond du trou n’est pas mon premier livre. J’en ai créé d’autres, mais je n’ai jamais été publiée ou éditée en version papier. [Tous les livres que Muxx a publié virtuellement sont à retrouver sur la plateforme Issuu : ici]. Au fond du trou est un livre que j’ai commencé il y a 2 ans et demi dans le cadre d’un atelier pour adultes animé par l’illustratrice Emmanuelle Robin. Deux fois par an, Emmanuelle propose des ateliers pour lesquels elle sélectionne une vingtaine de projets qu’elle a envie d’épauler. Pendant ce cours, elle nous donne des outils afin de savoir comment bien construire notre récit et nous conseille pour démarcher des maisons d’édition. J’avais vraiment envie de faire publier Au fond du trou en version papier. Lorsque j’ai terminé le livre en janvier 2020, j’ai contacté des éditeurs, mais aucune démarche n’a abouti et tout s’est subitement interrompu avec le confinement. Mais comme je voulais vraiment que ce livre soit lu, surtout qu’avec un titre pareil il s’inscrit à merveille dans l’air du temps, je me suis finalement décidée à le publier en ligne : ici. 

« Dans ce moment si particulier que nous traversons, je trouve que ce livre tombe à pic. Actuellement, qu’on le veuille ou non, on se retrouve tous plus ou moins seuls face à nous-mêmes. » Muxx

Unidivers – Au fond du trou est un conte initiatique qui suit un personnage renouant avec ses peurs et ses secrets enfouis au plus profond de son être. Où avez-vous puisé l’inspiration pour cet ouvrage ?

Muxx – Mon souhait pour ce projet était qu’il initie la création d’un espace de parole entre les parents et les enfants d’un côté, et de l’autre, de soi à soi. C’est un livre que j’ai pensé comme un livre jeunesse. Il ne s’adresse pas forcément à une tranche d’âge en particulier, car selon moi, nombre de livres jeunesse s’adressent aussi aux adultes. Je veux plutôt dire par là que j’ai créé ce petit conte initiatique en me disant que si un jour un parent lit ce livre avec son enfant, peut être que celui-ci contribuera à l’ouverture d’un espace de parole où l’enfant parviendra à se livrer sur des choses qu’il garde secrètes. Malheureusement, il peut arriver que les enfants ne se sentent pas en droit de communiquer ce qu’ils ressentent aux adultes. Ils enferment au plus profond d’eux leurs peurs, leurs angoisses et leurs traumatismes. En général, ces souvenirs refoulés reviennent toquer à la porte bien des années plus tard. Certains adultes adoptent une démarche introspective et essaie d’aller à la rencontre de leur enfant intérieur. Mais trop nombreux sont les adultes qui ne se connectent jamais vraiment à eux-mêmes et qui sont infiniment malheureux sans comprendre pourquoi. J’espère donc que ce livre contribuera à libérer la parole entre les enfants et les adultes et qu’il permettra à des adultes d’aller voir au fond d’eux ce que leur enfant intérieur a à leur dire.

Au fond du trou

Unidivers – Quelle technique avez-vous utilisée pour illustrer Au fond du trou ?

Muxx – Comme le livre parle d’aller rechercher de la lumière enfouie dans des parts d’ombre au fond de nous, il me tenait à cœur d’utiliser une technique qui puisse jouer avec le noir et le blanc, l’ombre et la lumière. J’ai mis très longtemps avant de savoir quelle technique j’allais adopter. J’ai fait un nombre incalculable de croquis à l’encre, au crayon, sur ordinateur. Mais il se trouve qu’il y a presque 2 ans, j’ai suivi une formation de gravure artisanale que j’ai vraiment adorée. En gravure, la technique de la manière noire représente à merveille l’idée de partir du noir pour aller vers le blanc. En manière noire, on part d’une surface complètement noire et on fait remonter la lumière. Mais cette technique est extrêmement difficile et comme j’effectuais mes premiers pas en gravure, j’ai finalement préféré la technique du monotype. Avec le monotype, le principe est assez similaire. Je suis partie d’une plaque en plexiglass que j’ai complètement enduite de noir et j’ai créé mes personnages et mes traits en enlevant du noir, en faisant remonter le blanc. Contrairement à la manière noire qui se réalise sur une plaque de cuivre que l’on peut réimprimer plusieurs fois, avec le monotype, une fois que la plaque est imprimée, on ne peut plus la réimprimer. J’aime bien aussi ce côté one shoot. Pendant mon dernier stage en décembre 2019/janvier 2020, j’ai fait toutes les illustrations d’Au fond du trou en une seule journée !

Unidivers – Comment avez-vous pensé la disposition des textes ?

Muxx – Les textes sont également le fruit d’un long travail. Habituellement, j’écris de manière très spontanée et fulgurante alors que cette fois-ci, j’ai véritablement construit mes textes. J’ai écrit X versions du texte. Au départ, il était beaucoup plus long. Au fur et à mesure, je me suis rendue compte que j’avais plutôt intérêt à le raccourcir plutôt que de le rallonger parce que j’avais envie d’un rythme poétique et oral. J’ai essayé de faire en sorte que lorsqu’on le lit à voix haute, des consonances particulières résonnent.

J’ai aussi consacré énormément de temps à faire en sorte que mes personnages ne soient pas genrés afin que tout un chacun puisse s’identifier. Le livre ne contient aucun adjectif genré, ni aucune trace du genre. C’est marrant de constater que parmi mes lecteurs, souvent les hommes pensent que les personnages sont masculins, alors que les femmes ont plus facilement tendance à penser qu’il s’agit de personnages féminins. Concernant les dialogues entre les personnages, ceux-ci sont assez neutres pour que cet espace de parole puisse être investi par tous. Que chacun puisse investir intimement son propre secret.

Au fond du trou

Unidivers – Que faites-vous en plus de votre activité d’auteure/illustratrice ?

Muxx – Je suis graphiste en freelance. Je travaille pour la presse, la communication ou encore l’édition. Le confinement ne change pas grand-chose à ma manière de travailler parce que d’habitude, je travaille de chez moi (rires). J’ai travaillé pendant très longtemps dans l’univers du spectacle en tant que scénographe. Mais c’était énormément de travail pour très peu de revenus. Comme j’ai toujours fait de l’illustration à côté, j’ai décidé de débuter une formation de graphiste dans les années 2000. Très rapidement, mon activité de graphiste a décollé. J’ai donc progressivement abandonné le spectacle, le dernier avec lequel j’ai collaboré était en 2012. De plus en plus, j’ai envie de consacrer la majeure partie de mon temps à une activité d’auteure/illustratrice.

Unidivers – Vous pensez essayer de faire éditer Au fond du trou en version papier dès la fin du confinement ?

Muxx – Après mûre réflexion, je ne pense pas. Je me dis que les choses doivent se faire à un moment T, sinon ça n’a plus vraiment d’intérêt. Ce livre va vivre sa vie de livre virtuel et je verrai bien ce qu’il en advient, surtout que je suis déjà en train de travailler sur un nouveau projet. Je suis entrain de créer et de dessiner un jeu de tarot ! Ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien du tout, tout ce que je sais c’est que ça me plaît !

Au fond du trou
Extrait de l’ouvrage « Tuer le temps » écrit et illustré par Muxx en 2011.

Unidivers – La plupart de vos créations sont publiées sur Issuu. Pourquoi avoir choisi cette plateforme ?

Muxx – J’ai découvert Issuu il y a une dizaine d’années. Dans le graphisme, nous nous inspirons énormément de ce que font les autres et Issuu est un peu comme une plateforme d’influenceurs du graphisme (rires) ! On y trouve énormément de contenus visuels, c’est une vraie source d’inspirations. En 2011, j’avais déjà publié sur cette plateforme un petit livre de 24 pages qui lui aussi porte un titre qui correspond bien à l’air du temps : « Le temps à tuer » [à lire ici]. J’avais choisi Issuu parce que cette plateforme offre la possibilité de feuilleter virtuellement des ouvrages et surtout, la version de base est entièrement gratuite pour publier en ligne. Aussi, si jamais je récolte assez de demandes de personnes qui désirent une version papier d’Au fond du trou (j’en ai déjà reçu quelques-unes), Issuu offre la possibilité de gérer des ventes en ligne ainsi que des impressions, si l’on s’abonne à la version Premium. Si j’ai assez de retours qui vont dans ce sens, je prendrais éventuellement ce petit abonnement pour pouvoir répondre à des commandes, je verrais bien !

Pour lire Au fond du trou, cliquez ici !

Site de Muxx 

Instagram de Muxx 

Linkedin de Muxx 

Toutes les créations de Muxx sur Issuu : ici. 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom