L’ASSOCIATION CHEZ MARIE VEUT SAUVER LE CHÂTEAU DU LOU DU LAC

Les membres de l’association Chez Marie veulent racheter le château du Lou-du-Lac. Ils espèrent faire revivre le bistrot-épicerie tenu par Marie Berthier pendant toute sa vie. Une initiative qui permettrait de faire perdurer le patrimoine local en restaurant ce château du 16e siècle et l’incontournable bistrot, véritable centre de la vie du village. Pour financer ce projet, l’association propose aux particuliers d’acheter des parts du château.

Chateau du lou du lac
Photo Archives. Le café de Marie Berthier

À la Chapelle du Lou du Lac, à 50 mètres de l’église, se dresse un vieux château. On y distingue des fenêtres cassées, des douves, une tour de quelques mètres, et un chien, Brutus, qui se charge d’accueillir les visiteurs. Ce chien, c’est le dernier de Marie Berthier, ancienne propriétaire des lieux. Sans en avoir l’air, la bâtisse un peu délabrée était un lieu phare de la vie locale. En poussant la porte, on y trouvait un bistrot, tenu pendant 55 ans par Marie.

À entendre les membres de l’association Chez Marie, cette femme était incontournable dans le village. « J’habite la commune, j’y suis née. On venait régulièrement au château voir Marie. On la considérait un peu comme notre grand-mère, » explique Anna Percherel, membre de Chez Marie. « C’était la seule épicerie sur la commune du Lou du Lac. C’était un lieu de vie. Dès qu’il y avait une cérémonie, le vin d’honneur était pris chez Marie. Elle nous recevait toujours avec grand plaisir. Entre le repas du midi, et la fête du soir, on venait passer le temps au château ».

Château Lou du Lac Marie Berthier
Marie Berthier.

Création de l’association Chez Marie et rachat du château

L’association Chez Marie a été créée fin 2012 afin de réfléchir à l’avenir du château. Marie Berthier, alors à l’aube des ses 90 ans, tenait encore le bistrot, elle s’est éteinte en 2017 et l’association a décidé de racheter le château. Marie Berthier ne se connaissait pas de famille, mais un généalogiste a retrouvé 28 cousins germains et a été mandaté par les héritiers pour vendre le château. Il s’est mis d’accord avec l’association en mars 2019 sur les conditions de vente. Afin de financer ce rachat, l’association Chez Marie a créé une Société Coopérative Civile Immobilière (SCCI) Marie du Lou, aux fondations plus solides.

Château Lou du Lac Association
Anna Percherel et Philippe Guigon, membres de l’association Chez Marie, et Brutus, le chien de Marie

Une fois la promesse de vente signée, la SCCI aura alors trois mois pour payer. Elle a pu réunir un tiers de la somme requise à l’achat des murs, en raison de la crise sanitaire notamment, la vente n’est toujours pas actée, il est donc toujours possible de participer à cette grande vente qui fera de vous un châtelain « coopérateur ». Tout un chacun peut devenir coopérateur de la SCCI, en achetant une part fixée à 100€. « Un sociétaire qui a une part a autant de pouvoir que celui qui en a 10 par exemple. Ça nous semble vraiment très important de ne pas faire de ségrégation par l’argent », explique Philippe Guigon, membre de l’association Chez Marie.

Devenir sociétaire de la SCCI n’engage pas à débourser plus par la suite. « En réalité, on n’est pas propriétaire, on est coopérateur », précise Philippe Guigon. Un fonds de dotation sera mis en place par la suite afin de restaurer le château. Les dons sont en partie défiscalisables et pourront ainsi intéresser des particuliers ou des entreprises.

  • Chateau du lou du lac
  • Chateau du lou du lac
  • Chateau du lou du lac
  • Chateau du lou du lac
  • Chateau du lou du lac
  • Château Lou du Lac cheminée

Des travaux en perspective

Des travaux, le château en a bien besoin. « C’est humide, il manque des carreaux, la toiture est en mauvais état, l’électricité date de Mathusalem, il y a un robinet d’eau froide », résume Philippe Guigon. Le plus important sera de mettre rapidement le château hors d’eau. Le gros des travaux de restauration est estimé à 800 000€.

  • Chateau du lou du lac

L’association espère faire inscrire le château au catalogue des monuments historiques et avoir ainsi droit à des subventions des collectivités. L’église, située à 50 mètres, y figure déjà, et les modifications extérieures au château sont de fait contrôlées. « Des châteaux comme ça il y en a plein dans le grand ouest de la France, explique Philippe Guigon, mais l’intérêt c’est qu’il n’a jamais été franchement modernisé. Il y a eu une modification des carreaux au début du 18e siècle, mais beaucoup de pièces ont au minimum 350 ans. Il reste donc des ferrures, des huisseries, des parquets, le gros œuvre, des détails architecturaux qui souvent ont disparu ».

  • Chateau du lou du lac
  • Château Lou du Lac Gravures
  • Château Lou du Lac Pièce
  • Château Lou du Lac Étage
  • Château Lou du Lac Plaque
  • Château Lou du Lac Fenêtres
  • Château Lou du Lac Grenier

L’animation du château

Si la SCCI gère l’acquisition du château, puis l’entretien du foncier grâce au fonds de dotation, l’association Chez Marie s’occupera de la gestion de l’animation. La priorité, c’est la réouverture du bistrot, qui pourra être mis en route sans attendre la réalisation des gros travaux. L’association a des ébauches d’idées pour utiliser les autres espaces, mais dans un futur plus lointain. L’association réfléchit à une occupation journalière ou à la mise en place d’exposition dans les caves, ou le grenier.

Marie et ses parents

Marie a passé toute sa vie au château… Ou presque. « Marie était née en 1923, à 800 mètres du château. En plaisantant, on lui disait ‘mais Marie, t’es pas d’ici !’ Elle y a quand même passé toute sa vie », rapporte Philippe Guigon. Les parents de Marie ont acheté le château en 1924. Ferdinand Berthier était forgeron et avait épousé Marie Martinais, veuve de guerre d’un premier mariage, qui tenait déjà un bistrot non loin.

Pendant trois ans, à partir de 1936, le château du Lou-du-Lac est devenu une auberge de jeunesse. Puis la guerre a mis un terme à cette activité. Le château a vu se succéder un bon nombre de locataires et même quelques naissances. Les chambres, presque inchangées, témoignent du quotidien très spartiate des habitants du château. Pourtant, certains locataires y ont vécu des années, les vacanciers revenaient – parfois jusqu’à trois générations. Si ce n’est pas le confort, c’est certainement l’accueil qui les attirait.

Ferdinand Berthier est décédé en 1945 et Marie Martinais l’a suivi en 1958. Marie Berthier a repris la succession du bistrot-épicerie de sa mère et a installé une étable et des vaches dans les caves du château. Agricultrice, limonadière et buraliste, elle a travaillé pendant 55 ans. « Le bistrot était ouvert tous les jours. Si on voyait de la lumière, c’est que le bistrot était ouvert, même tard le soir. Sinon, elle était en bas auprès des bêtes », se souvient Anna Percherel.

Marie Berthier n’a fermé son bistrot, et quitté son château, que lorsqu’une mauvaise chute l’a forcée à aller en maison de retraite. Mais les membres de l’association s’organisaient pour l’amener deux après-midi par semaine à son château. Elle est venue ainsi voir son chien et ses chats pendant trois ans, jusqu’à la fin de ses jours.

Chateau du lou du lac

Histoire du château

L’histoire du château n’est pas anecdotique. Résidence d’un petit seigneur de campagne, la bâtisse a évolué avec le temps. Des travaux de recherche extensifs ont été entrepris. On peut en retrouver des extraits sur le site de l’association Chez Marie du Lou.

Des traces écrites font allusion à une seigneurie dès le 7e siècle, mais les Méel sont les premiers seigneurs du Lou confirmés. Un sceau du 14e siècle a été retrouvé, portant les armes de la famille. La famille de La Lande ajouta une aile au château et des tours au 16e siècle. Aujourd’hui, il ne reste qu’une tour encore debout, vendue séparément du château en 1924. Le domaine passe ensuite de mains en mains et l’aile sud du château disparaît en 1877. Après cela, le plan du château n’est presque plus modifié – mis à part la forge construite par Ferdinand Berthier.

Le château du Lou-du-Lac a une histoire riche, profondément liée à celle de Marie Berthier dans les mémoires de tous ceux qui l’ont côtoyée. L’achat du château par l’association Chez Marie permettra sans aucun doute de restaurer le bâtiment, mais aussi de faire perdurer la mémoire de cette femme et de son bistrot de campagne curieusement installé dans un château.

Chateau du lou du lac marie Berthier
Photo issue du site de l’association Chez Marie. Le château sous la neige en février 2021.

Château du Lou-du-Lac

La Basse Cour, 35360 La Chapelle du Lou du Lac

Site internet de l’Association Chez Marie

Site internet de la SCCI Marie du Lou

Acheter une part du château

Photos et vidéo : Victoria Knowles

1 COMMENTAIRE

  1. Que de souvenirs! Notamment avec Katé-Mé quand nous avons fait les photos pour notre premier album en 2000.
    Amitiés à tous ceux de l’asso que je n’ai pas vu depuis déjà un certain temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici