Stéphane Pajot a le chic pour nous emmener dans des lieux mystérieux où la mort rôde, forcément. Après sa Deadline à Ouessant (voir notre article), le romancier nous plonge dans les eaux glacées du lac de Grand-Lieu. Un mélange de réel et de fiction troublant. Avec Anomalie P Stéphane Pajot nous entraîne Vingt mille lieux sous le lac…

 

« La Loire est un tableau vivant » songe Tristan Madec alors qu’il observe le fleuve de chez lui à Trentemoult. Il a surement vu les tableaux de Turner, mais son art à lui est la conduite d’éléphants. Pas en Tanzanie ou au Kenya, il s’agit là du mastodonte des Machines de l’île – que tous les Nantais connaissent et que nous vous encourageons à visiter… Il va aussi taquiner le batracien, même si cela remue le douloureux souvenir de la disparition de son frère jumeau. En fait il a été recruté par le professeur Jean Rostand qui étudie les grenouilles polydactyles du Lac de Grand-Lieu. Côté coeur, il est plutôt sur le ressassement d’un échec. Sa vie se résume donc à l’éléphant, aux grenouilles et aux prises de Batraxil, médoc illicite aux effets similaires au LSD, issu d’un mélange de glandes de crapauds.

stéphane pajotKalash « bénit les hommes qui ont su préserver les arbres, les plantes au milieu du béton ». Mention particulière pour le Jardin du Luxembourg, pour Central Park et aussi pour le Jardin des Plantes de Nantes, ville où il est venu tuer un marin. Il pense que Tristan l’a vu.

Pablo est sur le point de se marier. Il enterre sa vie de célibataire avec une bande de copains et force muscadet. Un pari idiot, et le voilà qui disparait dans les eaux du lac de Grand-Lieu.

stéphane pavot anomalieUne présentation de ce lac qui offre le cadre et sans doute plus à cette histoire s’impose ici. Le plus grand lac de plaine de France a un tel différentiel de superficie entre l’été et l’hiver que ses berges sont aléatoires. Les oiseaux migrateurs prisent ce site accueillant. Les chasseurs aussi (le parfumeur Guerlain en possédait 2700 ha qu’il a cédé à l’État en 1980). Une légende raconte que ce territoire était occupé au VIe siècle par Herbauge, cité où régnait la débauche (une sorte de ville jumelée à Ys). L’évêque (futur saint) Martin décide d’évangéliser ses habitants… qui le tabassent. Recueilli et soigné par un couple qu’il s’empresse de convertir, Martin tente de les sauver de la colère divine. Car Dieu, pas content de ce bordel, détruit la ville et la noie. Ainsi se forma le lac de Grand-Lieu. Aujourd’hui encore, on peut entendre sonner les cloches d’Herbauges le soir de Noël.

Le journaliste de Presse-Océan connait bien le coin. Il sait que cette autre Sodome armoricaine perdure sous le nom d’Herbadilia et qu’elle est gouvernée par les grenouilles. Là, le polar se teinte de fantastique (genre préféré de l’éditeur nantais l’Atalante, créateur et organisateur de l’excellent festival des Utopiales) en s’emparant de thèses totalitaires. Après voir lu ce roman frais, enlevé, glauque (au sens premier), surréaliste et fraternel, vous ne regarderez plus jamais de la même façon les animaux (mécaniques ou vivants). Jules Verne n’est pas loin.

Anomalie P Stéphane Pajot, Ed. L’Atalante, septembre 2014, 14,50 euros

En attendant de voir le film La cité des grenouilles (qui sera tourné en 2015 par Philippe Guihéneuf) Stéphane Pajot sera en rencontre-dédicace à la librairie Critic, vendredi 5 décembre de 16h à 18h.

mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l’écriture (presse et édition), à l’enseignement (culture générale à l’ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom