Avec Vulnicura Björk donne dans le prématuré ! Cédant à la grande crainte de l’époque – le piratage,– la talentueuse artiste islandaise Björk sort en catastrophe un nouvel album, dont la sortie officielle était prévue en mars 2015… La piraterie 2.0 va-t-elle finir par ruiner quelque chose de bien plus important que les grandes maisons de disque : la créativité des artistes ?

Vulnicura, le nouvel et très attendu album de Björk est prévu pour le mois de mars 2015, enfin « était »… L’impatience des fans, tout particulièrement celle des internautes aura eu le dessus. L’album est en effet apparu sur la toile presque trois mois avant sa sortie officielle. Pour contrer les partages pirates, la reine islandaise a décidé de mettre en ligne son huitième album sur iTunes. C’est donc l’occasion de poser une oreille attentive sur cet opus.

vulnicura bjork arca album premature

Pour accoucher de ce huitième album, ​Björk s’est offert la collaboration du producteur vénézuélien Arca. Arca est l’un de ses producteurs semi-indépendants assez hype depuis ces dernières années. C’est notamment lui qui se cache derrière la plupart des morceaux du Yeezus de Kayne West et du LP1 de FKA Twigs. Pourtant, sa patte reste assez discrète sur Vulnicura. Björk aurait-elle besoin d’un nom pour faire parler d’elle ? Si c’est le cas, c’est déplorable tant son talent, sa carrière et son aura sont monumentaux. Certes Biophilia, sorti en 2011, ne projetait plus l’artiste sur le devant de la scène, mais n’oublions pas que Björk a révolutionné la musique pop en lui insufflant un côté artistique plus contemporain. À bientôt cinquante ans, peut-elle encore instiller un nouveau souffle ?

vulnicura bjork arca album prematureOn ne va pas tourner autour : Vulnicura sonne comme une mauvaise imitation de Homogenic, son troisième album sorti en 1997. On retrouve ce mélange orchestral et électronique si particulier et touchant ; le tout accompagné par la voix céleste de l’artiste. Björk a effectivement le mérite d’avoir réussi à préserver sa voix a maxima au fil des années. Mais ça ne fait pas tout… L’album n’est pas du meilleur cru. Les morceaux sont pour la plupart lents et poussifs. Certes, les textes sont assez intimistes et féministes ; insuffisant pour relever le niveau général du disque. Il y a certes quelques fulgurances comme l’envolée électronique au milieu de « Black Lake ». Rien de bien frappant malheureusement.

Si Vulnicura n’est pas un bon album de Björk, cela reste un disque honnête. Disons qu’on a déjà entendu pire, mais qu’on aurait souhaité mieux…

 Vulnicura Björk sur iTunes

4 Commentaires

  1. Dire que vulnicura est un homogenic 2.0… C’est un peu tiré par les cheveux. Il est vrai que l’expérimental biophilia ne m’a pas vraiment plu et j’avais un peu peur pour celui ci. Mais le nouveau né vulnicura est un album vraiment plaisant. Prenant. Quasi dépriment a certains moments. Les textes reprennent un sens.
    L’écoute n’est pas évidente la première fois. Un peu déstabilisé par des titres comme black lake. Mais au fur a mesure je retrouve le plaisir bjorkien qui me manquait tant!
    Vulnicura est un album très bien ficelé. C’est du bonbon pour mes oreilles!!!

  2. L’album suite aux fuites est sorti à la hâte, mais je pense, à mon avis, que certaines critiques aussi sortent un peu à la hâte. Un album comme celui-ci mériterait beaucoup d’écoutes et du temps pour…bref, je respecte cette chronique, mais le Homogenic 2.0 c’est trop réducteur

  3. Je ne veux pas être méchant, d’autant que je n’ai pas écouté l’album, mais la critique d’un album de Björk mérite quand même un peu mieux.
    Björk est une artiste très respectable, qui n’a certes pas fait que des très bons albums dernièrement, mais qui mérite qu’on respecte son travail en ne la jugeant pas comme une débutante avec des arguments de débutant…
    D’abord vous confondez l’écriture et la production d’un album avec sa sortie commerciale (la démarche non artistique, mais commerciale, qui consiste à organiser la vente d’un album). Il n’y a donc aucun rapport entre la sortie précipitée de Vulnicura et le degré de créativité de l’album, puisque le disque était déjà prêt depuis longtemps, et n’a pas été terminé dans l’urgence. Ça commence déjà mal, parce que ça situe votre degré (assez maigre) de compréhension du milieu musical.
    De plus, pourriez-vous construire votre discours et argumenter d’une façon un peu plus élevée ? Un album n’est pas mauvais parce que les morceaux sont lents et peu énergiques. Il faut trouver la cohérence de l’album, comprendre ce qui fait son identité sonore, ce qui fait qu’il tient debout en vertus de critères immanents, et pas lui régler son compte avec deux jugements de valeur qui ne veulent absolument rien dire en soi (tous les morceaux lents sont-ils mauvais ?).
    Qu’est-ce qui vous fait dire que l’on n’entend pas la patte d’Arca, ou que Björk a besoin d’un nom pour son nouvel album, sachant que Björk a toujours travaillé en collaboration avec des artistes du style d’Arca (câd jeunes, prometteurs mais relativement inconnus du grand public), et qu’elle a toujours obtenu des disques qui lui ressemblaient totalement.
    Enfin, si vous voulez devenir critique musical, ou tout au moins journaliste, essayez de travailler un peu votre langage, car ça ne va vraiment pas très loin, ni très haut…
    Je tombe par hasard sur cette critique, et ça me gâche la soirée…

  4. Ce n’est peut être pas le meilleur album de Björk mais je n’y vois vraiment aucun rapport avec Homogenic, ce qui me laisse douter de l’objectivité de cet article.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom