Le bon peuple britannique s’inquiète : Sa Majesté s’est découvert une nouvelle passion et s’adonne entièrement à la lecture. À tel point qu’elle en vient à considérer sa royale charge avec plus de légèreté et de détachement qu’il ne sied. Même ses entrevues stratégiques avec le premier ministre se transforment en réunions de club de lecture. Bref, si la lecture est devenue le piment des journées de Sa Seigneurie, elle soulève les plus vives préoccupations dans l’entourage de cette dernière et mettrait en péril la monarchie.

Diable ! La lecture comme contre-pouvoir faisant vaciller l’Angleterre royale, on en redemande ! À quelles lectures subversives, voire perverses, la Reine peut-elle bien s’adonner, qui la détournent de ses devoirs immémoriaux ? On anticipe avec délice la légèreté de ton britannique teintée de cette autodérision que les Anglais manient avec tant de bonheur.

Las ! L’intérêt ainsi éveillé retombe comme un soufflet. Alan Bennett ne creuse pas son sujet – c’est le cas de le dire : ni la Reine, ni l’histoire n’acquièrent une réelle consistance. Impossible de comprendre ce qui déclenche ce subit et incontrôlable engouement chez la Reine. S’installe une décevante frustration chez les bibliophiles qui se réjouissaient de voir l’objet de leur passion disséqué avec enthousiasme, analysé dans ses moindres recoins. L’intérêt de la Reine pour la littérature reste un mystère opaque et le roman ne suscite pas une débordante envie de se plonger dans les livres que cite l’auteur.

Quant à la verve britannique, cet humour si particulier et délectable, on en trouve quelques traces qui ne feront pas date. À croire que Sa Majesté, contrairement aux communs de ses mortels sujets, n’est pas née avec la répartie qui caractérise son peuple. On glanera bien au fil des pages une liste à la Prévert des lectures qu’Alan Bennett prête à la Reine, si cela présentait un quelconque intérêt.

À conseiller si…

…vous souhaitez découvrir quelques auteurs britanniques. On pourrait utiliser ce roman pour constituer « la liste des auteurs à lire » à destination de la noblesse anglaise.

Extraits :

À méditer… lire ou agir, parfois il faut choisir.

Si on lui avait demandé : « les livres ont-ils enrichi votre vie ? », elle se serait sentie obligée de répondre: « Oui, sans l’ombre d’un doute » – tout en ajoutant avec la même conviction qu’ils l’avaient également vidée de tout sens. Avant de se lancer dans ces lectures, elle était une femme droite et sûre d’elle, sachant où résidait son devoir et bien décidée à l’accomplir, dans la mesure de ses moyens. Maintenant, elle se sentait trop souvent partagée. Lire n’était pas agir, c’était depuis toujours le problème.

Hélène

[stextbox id= »info » color= »ccff00″ bgcolor= »cc0033″]

Editions Denoël, Denoël & d’ailleurs,(8 janvier 2009) 173 pages, 12€
Alan Bennett est une star en Grande-Bretagne, où ses pièces de théâtre, ses séries télévisées et ses romans remportent un succès jamais démenti depuis plus de vingt ans. La Reine des lectrices est son quatrième roman publié chez Denoël.

[/stextbox]

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom