"Une mesure de trop" de Alain Claude Sulzer - Editions Jacqueline Chambon

Une mesure de trop n’est pas seulement un roman mené allegro stretto, le texte est aussi à découvrir pour son excellente traduction qui respecte l’équivalence sémantique et expressive de la version originale allemande. En particulier la scène où Marek Olsberg, célèbre concertiste, bouleverse l’existence des spectateurs venus l’applaudir. En pleine représentation, il referme le piano et quitte la scène. « C’est tout », dit-il avant de disparaitre. Chacun doit meubler ce brusque silence au mieux de sa surprise. Que va t-il se passer lorsqu’Ester rentrera chez elle plus tôt que prévu ? Ou lorsque la secrétaire du musicien voit s’évanouir  sa raison de vivre derrière le rideau rouge ? Au-delà de chambouler sa propre existence, Marek brutalise malgré lui celles des autres personnages venus assister au concert. Dans un premier temps, tous auront de bonnes raisons de croire qu’ils n’auraient jamais dû venir l’applaudir… avant d’y réfléchir.

« Le silence. Une attente suspendue. Personne n’avait toussé pendant qu’Olsberg avait traversé l’espace entre le tabouret et la sortie. (…) Dehors, les gens attendaient des taxis qui n’étaient visibles nulle part. La nouvelle de la fin prématurée du concert n’avait apparemment pas encore atteint les diverses compagnies de transport. Les quelques véhicules arrivés pendant l’entracte pour ramener chez eux les auditeurs – il y en avait toujours quelques-uns qui se contentaient de la première partie – étaient d’autant plus recherchés. »

Pour son dixième roman, Alain Claude Sulzer signe une histoire entre comédie féroce et tragédie bienveillante. Il confronte les caprices du hasard à la fragilité des apparences. Par son geste fou, le pianiste Marek Olsberg nous oblige à zoomer sur nos vies trop bien organisées. On en ressort groggy, contraint de s’interroger si la place que nous occupons est vraiment la bonne ? Une remise en question au rythme de la sonate pour piano n° 29 de Beethoven. Par laquelle tout commence… et tout finit.

#     #     #

 Alain Claude Sulzer Une mesure de trop
Traduit de l’allemand par Johannes Honigmann
Editions Jacqueline Chambon /Acte Sud
266 pages – 22€

*

Alain Claude Sulzer Une mesure de trop : Si votre vie basculait un soir de concert…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom