jeu 26 mai 2022

RENNES. UNE PROMENADE DU CHAMP À L’ASSIETTE

Sillons, l’agriculture métropolitaine, du champ à l’assiette est un hors-série de Rennes Métropole magazine, paru en novembre 2021. Il nous entraîne dans un voyage enraciné en terres rennaises autour de portraits, de reportages, d’entretiens, de récits et de témoignages des nombreuses initiatives dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation.

Sillons, l’agriculture métropolitaine, du champ à l’assiette fait partie des hors-séries Culture publiés par Rennes Métropole magazine. Au croisement du coût et du goût, de l’écologie et de l’économie, de la justice sociale et de la philosophie, le hors-série dresse un portrait de ces hommes et de ces femmes dont la lourde tâche est de nourrir les habitants tout en relevant le défi de l’écologie. Au fil des pages, leurs visages composent un tableau pointilliste, enrichi de photographies, dessins et paysages. De l’agriculture à la culture, et des filières courtes à la déjà longue histoire du bio, découvrez des portraits, des reportages, des entretiens et des récits dans ce hors-série. N’oubliez pas de chausser vos bottes !

C’est par un mot de la maire de Rennes Nathalie Appéré, « Pour une alimentation durable et de qualité » qu’est introduit l’ouvrage. Elle y évoque la présence d’un écosystème foisonnant qui encourage à une agriculture durable sur le territoire métropolitain. Les questions économiques et sociales au cœur de la stratégie de développement de l’agriculture poussent à l’évolution des filières, à la transmission des exploitations et la création d’emplois nécessaires au maintien de l’activité agricole. Entre la sortie du système agricole des pesticides de synthèse d’ici 2030 et l’investissement de la collectivité pour l’accès à une alimentation saine et de qualité, Rennes s’engage dans le durable et gravite autour d’une économie solidaire et locale, en renforçant le lien entre consommateurs et producteurs.

« De l’élément à la terre…»

« Il faut considérer l’alimentation comme un service public », déclarait Yannick Nadesan, adjoint à la maire de Rennes délégué à la santé et au vieillissement.

La première partie de ce hors-série intitulé « De l’élément à la terre », tourne autour des enjeux de l’agriculture métropolitaine. Ces enjeux, quels sont-ils ? La valorisation des paysans et d’une agriculture respectueuse. Parmi les actions entreprises : la sortie des pesticides, le développement du biologique, les circuits courts et locaux. Quelques initiatives y sont présentées telles que le dispositif Terres de sources, la ferme de la Bintinais ou encore celle de Milgoule, ou bien encore le Marché d’Intérêt Régionnal (MIR), petit Rungis de Rennes. Des portraits d’agriculteurs et de paysans complètent ce tableau dédié à ce premier aspect de l’agriculture rennaise.

  • Terres de sources : projet initié en 2015 avec la Ville de Rennes et finalisé en 2017 avec 15 communes de Rennes Métropole il fédère une quarantaine d’exploitations et place la question de l’alimentation durable au centre des assiettes métropolitaines. Ce projet assure des débouchés et des prix rémunérateurs aux agriculteurs qui s’engagent pour l’évolution de leurs systèmes de production vers plus de durabilité. Il offre également un label – Terres de sources – qui donne des garanties sur l’origine et la qualité de ces produits.
  • rennes métropole magazine
  • rennes métropole magazine
  • rennes métropole magazine
  • Écomusée du Pays de Rennes : la ferme de la Bintinais est un lieu de préservation qui raconte les relations entre le territoire agricole et la vie. En plus de la conservation d’un patrimoine ancien, celle de 120 variétés de pommiers, verger de référence pour le patrimoine végétal breton, la culture y est assurée à l’ancienne et des journées sont régulièrement organisées pour apprendre et faire connaitre ces techniques ancestrales.
  • MIR : le Marché d’Intérêt Régional est une véritable plaque tournante des produits de gros. Il se targue de mettre en avant la proximité géographique de ses fournisseurs et le développement de sa gamme de produits bios.

« Les défis de l’agriculture urbaine »

« Des modes de production au contenu de notre assiette, nos choix alimentaires se révèlent un rapport au monde, aux autres, à notre environnement. Nous connaissons désormais les limites de notre système alimentaire : ses impacts sociaux-économiques, le poids de son empreinte carbone, ou encore l’accroissement de l’insécurité alimentaire, révélée par la crise sanitaire. » – Ludovic Brossard, conseiller municipal à l’agriculture urbaine et à l’alimentation durable.

Le chapitre « Les défis de l’agriculture urbaine » propose la vision d’un nouveau modèle alimentaire et la nécessité d’une démocratie alimentaire. Défi majeur, se nourrir sainement est au cœur des préoccupations de Rennes Métropole. Pour atteindre cet objectif, Rennes passe par l’accompagnement de l’agriculture péri-urbaine et rurale et souhaite retisser les liens entre tous les maillons du système alimentaire qui favorisent la transition écologique. Le développement des fermes urbaines, des tiers lieux alimentaires comme le développement des commerces de proximité, des groupements d’achats, des marchés, des AMAP (associations pour le maintien de l’agriculture paysanne), contribuent à rendre plus accessible l’alimentation durable :

rennes métropole magazine
  • La Prévalaye : ancienne seigneurie du comté de Rennes, la Prévalaye est aujourd’hui un véritable laboratoire pour l’agriculture urbaine. Que ce soit avec le Jardin des Mille Pas ou la ferme de la Basse Cour elle s’ancre dans un modèle d’agriculture urbaine à la fois low-tech, pédagogique et écologique. Le système agricole et alimentaire est durable, la production maraichère et les espaces pédagogiques aménagés permettent la réappropriation alimentaire. Le lieu aspire encore à intégrer un site de compostage, un projet porté par l’association Rennes du compost. Un site fertile donc, qui devrait encore attirer d’autres structures dans les temps à venir. La Guinguette s’était d’ailleurs inaugurée en août dernier avec un franc succès.
  • Ferme de Quincé : il s’agit d’un nouveau lieu “agriculturel” et festif situé dans le quartier de Beauregard. Ce tiers lieu veut développer une dimension participative tout en restant dans une sobriété de moyens. Concrètement, cela se traduit par l’aménagement de différents espaces dont une guinguette de plein air, un potager pour une production maraichère bio qui alimentera le restaurant de la ferme et remplira des paniers hebdomadaires destinés aux habitants de Beauregard, ainsi qu’un verger fruitier… Installé depuis le printemps 2021, le collectif 35 Volts qui gère les lieux espère ainsi redynamiser le quartier et l’ouvrir sur un modèle économique et social centré sur l’agriculture locale.
  • Jardins partagés : au quatre coins de la ville, on jardine joyeusement. Dans son coin ou en petit comité, avec les copains ou entre voisins. L’agglomération de Rennes compte 180 jardins partagés. Entre les Archives Départementales et la rue de Saint-Malo c’est Le Jardin d’Albert qui étend ses 320m² et regroupe 22 familles du quartier. Au Blosne, Le Jardin solidaire s’anime une fois par semaine l’été et regroupe des jardiniers parfois éloignés de l’emploi. L’atelier hebdomadaire est encadré par un membre de l’association Vert le jardin. Les jardins familiaux se développent énormément et ce depuis la crise sanitaire. Un millier de parcelles sont gérées par l’association des Jardins familiaux et des lopins de terre sont accordés à un grand nombre de Rennais·e·s. Attention, au vu de la demande un délai moyen de 5 ans est à prévoir.

Enfin il ne faudrait pas oublier de mentionner des structures comme Scarabée Biocoop et les marchés rennais qui contribuent à relever ces défis de l’agriculture urbaine. Le hors-série Sillons dresse un portrait de ces initiatives qui favorisent un autre mode de consommation.

« … À l’alimentaire »

La dernière partie de ce hors-série se concentre sur l’alimentaire et les projets qui démocratisent l’accès à une alimentation de qualité. Pour ce faire, une grande concertation citoyenne a été lancée par Rennes Métropole avec pour objectif l’élaboration et l’adoption d’un plan alimentaire territorial d’ici la fin de l’année. Plusieurs leviers d’action vont permettre d’agir en faveur de ce plan alimentaire territorial : préserver les terres agricoles en limitant l’étalement urbain, faciliter l’installation et la transmission des exploitations en mettant en place un système de veille foncière, encourager les échanges parcellaires entre agriculteurs…

rennes métropole magazine
Terralibra © IBB
  • Terralibra : voilà une structure régionale au rôle logistique et commercial, reposant sur un maillage dense du territoire breton. Ce grossiste importe des produits issus du commerce équitable aussi bien que des produits issus de l’agriculture biologique locale en ne perdant jamais de vue la condition paysanne et la question alimentaire. Sur chaque aliment une boussole notant le produit dans 5 domaines : impact social, dimension locale, agriculture paysanne, savoir-faire artisanal, échanges équitables. Une initiative responsable qui vient compléter les circuits courts dans le domaine du frais.
rennes métropole magazine
© IBB Ville de Rennes
  • Plan alimentaire durable ou PAD : le premier PAD de la ville de Rennes pense une alimentation durable dans la restauration scolaire. Un second PAD est prévu (2020-2026) et devrait élargir et faire fructifier les bénéfices du premier. Pour rappel le premier PAD avait eu pour résultats la réduction de gaspillage de 55%. Dans les menus scolaires, la barre des 44% d’aliments durables avait été atteinte dont 32% de bio. Depuis la loi EGalim (2018) Rennes Métropole souhaite atteindre la barre des 50% d’aliments durables dans la restauration scolaire et la petite enfance.
  • Quand alimentaire rime avec solidaire : fermes pédagogiques, restaurants d’insertion et associations caritatives se mobilisent pour que bien manger soit permis à tout·e·s. Parmi les structures qui s’engagent dans cette voie on compte Les cols verts une micro-ferme urbaine du Blosne, Cœurs résistants aux rênes d’un village alimentaire qui distribue gratuitement des denrées de première nécessité, You.me un projet restaurant solidaire axé sur la cuisine du monde qui compte employer des personnes réfugiées, formées au métier de commis de cuisine, et bien d’autres encore… Autant d’heureuses initiatives pour redonner l’accès à l’alimentation à tous.

Il existe bien d’autres projets et structures que recensent ce numéro hors-série de Rennes Métropole magazine. La nécessité d’un second souffle du milieu agricole se faisant urgent ainsi que la nécessité de redonner du sens à nos modes de vie étant plus que d’actualité, la Métropole de Rennes se mobilise et ce en faveur d’un écosystème toujours plus foisonnant. Entre producteurs locaux, modes de production responsables et structures qui permettent d’amener le champ dans nos assiettes, Rennes souhaite développer encore davantage son modèle économique et social en termes d’agriculture. Un modèle expliqué et présenté à travers des portraits et des récits à découvrir dans ce hors-série Sillons, l’agriculture métropolitaine, du champ à l’assiette.

Infos pratiques

Disponible gratuitement dans les bibliothèques, centres sociaux, mairies et médiathèques de Rennes Métropole… Vous pouvez également l’obtenir en appelant au 02 23 62 12 30, ou simplement le feuilleter en ligne (ci-dessus).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rennes
couvert
15.9 ° C
16 °
14.8 °
72 %
4.1kmh
100 %
mer
16 °
jeu
21 °
ven
21 °
sam
20 °
dim
18 °

Sillons, l'agriculture métropolitaine, du champ à l'assiette est un hors-série de Rennes Métropole magazine, paru en novembre 2021. Il nous entraîne dans un voyage enraciné en terres rennaises autour de portraits, de reportages, d'entretiens, de récits et de témoignages des nombreuses initiatives dans le domaine de l'agriculture et de l'alimentation.

Sillons, l'agriculture métropolitaine, du champ à l'assiette fait partie des hors-séries Culture publiés par Rennes Métropole magazine. Au croisement du coût et du goût, de l’écologie et de l’économie, de la justice sociale et de la philosophie, le hors-série dresse un portrait de ces hommes et de ces femmes dont la lourde tâche est de nourrir les habitants tout en relevant le défi de l’écologie. Au fil des pages, leurs visages composent un tableau pointilliste, enrichi de photographies, dessins et paysages. De l’agriculture à la culture, et des filières courtes à la déjà longue histoire du bio, découvrez des portraits, des reportages, des entretiens et des récits dans ce hors-série. N’oubliez pas de chausser vos bottes !

C'est par un mot de la maire de Rennes Nathalie Appéré, « Pour une alimentation durable et de qualité » qu'est introduit l'ouvrage. Elle y évoque la présence d'un écosystème foisonnant qui encourage à une agriculture durable sur le territoire métropolitain. Les questions économiques et sociales au cœur de la stratégie de développement de l'agriculture poussent à l'évolution des filières, à la transmission des exploitations et la création d'emplois nécessaires au maintien de l'activité agricole. Entre la sortie du système agricole des pesticides de synthèse d'ici 2030 et l'investissement de la collectivité pour l'accès à une alimentation saine et de qualité, Rennes s'engage dans le durable et gravite autour d'une économie solidaire et locale, en renforçant le lien entre consommateurs et producteurs.

« De l'élément à la terre...»

« Il faut considérer l'alimentation comme un service public », déclarait Yannick Nadesan, adjoint à la maire de Rennes délégué à la santé et au vieillissement.

La première partie de ce hors-série intitulé « De l'élément à la terre », tourne autour des enjeux de l'agriculture métropolitaine. Ces enjeux, quels sont-ils ? La valorisation des paysans et d'une agriculture respectueuse. Parmi les actions entreprises : la sortie des pesticides, le développement du biologique, les circuits courts et locaux. Quelques initiatives y sont présentées telles que le dispositif Terres de sources, la ferme de la Bintinais ou encore celle de Milgoule, ou bien encore le Marché d'Intérêt Régionnal (MIR), petit Rungis de Rennes. Des portraits d'agriculteurs et de paysans complètent ce tableau dédié à ce premier aspect de l'agriculture rennaise.

https://vimeo.com/365227947
  • Terres de sources : projet initié en 2015 avec la Ville de Rennes et finalisé en 2017 avec 15 communes de Rennes Métropole il fédère une quarantaine d'exploitations et place la question de l'alimentation durable au centre des assiettes métropolitaines. Ce projet assure des débouchés et des prix rémunérateurs aux agriculteurs qui s'engagent pour l'évolution de leurs systèmes de production vers plus de durabilité. Il offre également un label - Terres de sources - qui donne des garanties sur l'origine et la qualité de ces produits.
  • rennes métropole magazine
  • rennes métropole magazine
  • rennes métropole magazine
  • Écomusée du Pays de Rennes : la ferme de la Bintinais est un lieu de préservation qui raconte les relations entre le territoire agricole et la vie. En plus de la conservation d'un patrimoine ancien, celle de 120 variétés de pommiers, verger de référence pour le patrimoine végétal breton, la culture y est assurée à l'ancienne et des journées sont régulièrement organisées pour apprendre et faire connaitre ces techniques ancestrales.
  • MIR : le Marché d'Intérêt Régional est une véritable plaque tournante des produits de gros. Il se targue de mettre en avant la proximité géographique de ses fournisseurs et le développement de sa gamme de produits bios.

« Les défis de l'agriculture urbaine »

« Des modes de production au contenu de notre assiette, nos choix alimentaires se révèlent un rapport au monde, aux autres, à notre environnement. Nous connaissons désormais les limites de notre système alimentaire : ses impacts sociaux-économiques, le poids de son empreinte carbone, ou encore l'accroissement de l'insécurité alimentaire, révélée par la crise sanitaire. » - Ludovic Brossard, conseiller municipal à l'agriculture urbaine et à l'alimentation durable.

Le chapitre « Les défis de l'agriculture urbaine » propose la vision d'un nouveau modèle alimentaire et la nécessité d'une démocratie alimentaire. Défi majeur, se nourrir sainement est au cœur des préoccupations de Rennes Métropole. Pour atteindre cet objectif, Rennes passe par l'accompagnement de l'agriculture péri-urbaine et rurale et souhaite retisser les liens entre tous les maillons du système alimentaire qui favorisent la transition écologique. Le développement des fermes urbaines, des tiers lieux alimentaires comme le développement des commerces de proximité, des groupements d'achats, des marchés, des AMAP (associations pour le maintien de l'agriculture paysanne), contribuent à rendre plus accessible l'alimentation durable :

rennes métropole magazine
  • La Prévalaye : ancienne seigneurie du comté de Rennes, la Prévalaye est aujourd'hui un véritable laboratoire pour l'agriculture urbaine. Que ce soit avec le Jardin des Mille Pas ou la ferme de la Basse Cour elle s'ancre dans un modèle d'agriculture urbaine à la fois low-tech, pédagogique et écologique. Le système agricole et alimentaire est durable, la production maraichère et les espaces pédagogiques aménagés permettent la réappropriation alimentaire. Le lieu aspire encore à intégrer un site de compostage, un projet porté par l'association Rennes du compost. Un site fertile donc, qui devrait encore attirer d'autres structures dans les temps à venir. La Guinguette s'était d'ailleurs inaugurée en août dernier avec un franc succès.
  • Ferme de Quincé : il s'agit d'un nouveau lieu "agriculturel" et festif situé dans le quartier de Beauregard. Ce tiers lieu veut développer une dimension participative tout en restant dans une sobriété de moyens. Concrètement, cela se traduit par l'aménagement de différents espaces dont une guinguette de plein air, un potager pour une production maraichère bio qui alimentera le restaurant de la ferme et remplira des paniers hebdomadaires destinés aux habitants de Beauregard, ainsi qu'un verger fruitier... Installé depuis le printemps 2021, le collectif 35 Volts qui gère les lieux espère ainsi redynamiser le quartier et l'ouvrir sur un modèle économique et social centré sur l'agriculture locale.
  • Jardins partagés : au quatre coins de la ville, on jardine joyeusement. Dans son coin ou en petit comité, avec les copains ou entre voisins. L'agglomération de Rennes compte 180 jardins partagés. Entre les Archives Départementales et la rue de Saint-Malo c'est Le Jardin d'Albert qui étend ses 320m² et regroupe 22 familles du quartier. Au Blosne, Le Jardin solidaire s'anime une fois par semaine l'été et regroupe des jardiniers parfois éloignés de l'emploi. L'atelier hebdomadaire est encadré par un membre de l'association Vert le jardin. Les jardins familiaux se développent énormément et ce depuis la crise sanitaire. Un millier de parcelles sont gérées par l'association des Jardins familiaux et des lopins de terre sont accordés à un grand nombre de Rennais·e·s. Attention, au vu de la demande un délai moyen de 5 ans est à prévoir.

Enfin il ne faudrait pas oublier de mentionner des structures comme Scarabée Biocoop et les marchés rennais qui contribuent à relever ces défis de l'agriculture urbaine. Le hors-série Sillons dresse un portrait de ces initiatives qui favorisent un autre mode de consommation.

« ... À l'alimentaire »

La dernière partie de ce hors-série se concentre sur l'alimentaire et les projets qui démocratisent l'accès à une alimentation de qualité. Pour ce faire, une grande concertation citoyenne a été lancée par Rennes Métropole avec pour objectif l'élaboration et l'adoption d'un plan alimentaire territorial d'ici la fin de l'année. Plusieurs leviers d'action vont permettre d'agir en faveur de ce plan alimentaire territorial : préserver les terres agricoles en limitant l'étalement urbain, faciliter l'installation et la transmission des exploitations en mettant en place un système de veille foncière, encourager les échanges parcellaires entre agriculteurs...

rennes métropole magazine
Terralibra © IBB
  • Terralibra : voilà une structure régionale au rôle logistique et commercial, reposant sur un maillage dense du territoire breton. Ce grossiste importe des produits issus du commerce équitable aussi bien que des produits issus de l'agriculture biologique locale en ne perdant jamais de vue la condition paysanne et la question alimentaire. Sur chaque aliment une boussole notant le produit dans 5 domaines : impact social, dimension locale, agriculture paysanne, savoir-faire artisanal, échanges équitables. Une initiative responsable qui vient compléter les circuits courts dans le domaine du frais.
rennes métropole magazine
© IBB Ville de Rennes
  • Plan alimentaire durable ou PAD : le premier PAD de la ville de Rennes pense une alimentation durable dans la restauration scolaire. Un second PAD est prévu (2020-2026) et devrait élargir et faire fructifier les bénéfices du premier. Pour rappel le premier PAD avait eu pour résultats la réduction de gaspillage de 55%. Dans les menus scolaires, la barre des 44% d'aliments durables avait été atteinte dont 32% de bio. Depuis la loi EGalim (2018) Rennes Métropole souhaite atteindre la barre des 50% d'aliments durables dans la restauration scolaire et la petite enfance.
  • Quand alimentaire rime avec solidaire : fermes pédagogiques, restaurants d'insertion et associations caritatives se mobilisent pour que bien manger soit permis à tout·e·s. Parmi les structures qui s'engagent dans cette voie on compte Les cols verts une micro-ferme urbaine du Blosne, Cœurs résistants aux rênes d'un village alimentaire qui distribue gratuitement des denrées de première nécessité, You.me un projet restaurant solidaire axé sur la cuisine du monde qui compte employer des personnes réfugiées, formées au métier de commis de cuisine, et bien d'autres encore... Autant d'heureuses initiatives pour redonner l'accès à l'alimentation à tous.

Il existe bien d'autres projets et structures que recensent ce numéro hors-série de Rennes Métropole magazine. La nécessité d'un second souffle du milieu agricole se faisant urgent ainsi que la nécessité de redonner du sens à nos modes de vie étant plus que d'actualité, la Métropole de Rennes se mobilise et ce en faveur d'un écosystème toujours plus foisonnant. Entre producteurs locaux, modes de production responsables et structures qui permettent d'amener le champ dans nos assiettes, Rennes souhaite développer encore davantage son modèle économique et social en termes d'agriculture. Un modèle expliqué et présenté à travers des portraits et des récits à découvrir dans ce hors-série Sillons, l'agriculture métropolitaine, du champ à l'assiette.

Infos pratiques

Disponible gratuitement dans les bibliothèques, centres sociaux, mairies et médiathèques de Rennes Métropole... Vous pouvez également l'obtenir en appelant au 02 23 62 12 30, ou simplement le feuilleter en ligne (ci-dessus).