Le Paysan de l’impossible

Les agriculteurs français revendiquent et manifestent toujours en 2024 car les mesures du gouvernement peinent à les satisfaire. A ce sujet, il est utile de rappeler l’ouvrage de Yannick Ogor, un éleveur et maraîcher morbihannais. Le Paysan de l’impossible, paru en 2017 et réédite en 2013. Il explique que pour continuer à exister , le paysan ne peut être qu’en conflit permanent…

Originaire de Brest (29), Yannick Ogor est éleveur de brebis, d’agneaux et de porcs. Des oies, des lapins font aussi partie de la ferme de Trélo à Carentoir dans le Morbihan, propriété de Aude Bérardo, où Yannick Ogor est aussi maraîcher et où sous les serres et en plein champ poussent une quarantaine de variétés de légumes bios. Yannick Ogor a aussi été animateur de la Confédération paysanne.

Le Paysan de l’impossible
Yannick Ogor

En 2017, après quatre années pour rédiger son ouvrage et après s’être beaucoup documenté de témoignages et d’analyses pour compléter et enrichir ses expériences et anecdotes personnelles, Yannick Ogor publie un livre de 250 pages intitulé Le Paysan de l’impossible. Son récit autobiographique se mêle à celui de la grande Histoire et revient aux racines !  Le livre est un témoignage de luttes agricoles. De son itinéraire personnel dans le monde paysan, l’auteur en fait un ouvrage riche en analyses et réflexions sur le monde agricole d’aujourd’hui ! Il retrace le développement de l’industrialisation dans les années 60, puis la contestation agricole en France depuis soixante ans. Son analyse  dénonce un processus d’industrialisation avec des politiques publiques vouées à éliminer les petites exploitations agricoles au profit de la création d’une agriculture compétitive sur le marché mondial. Yannick Ogor raconte comment pendant vingt années l’administration européenne et française ont pris en compte les préoccupations environnementales et sanitaires pour ne soutenir que l’agrandissement de l’industrialisation dans un modèle capitaliste et industriel en éliminant les petites fermes. Il raconte aussi comment des entreprises industrielles ont bénéficié d’aides, en dénonçant aussi les conflits avec la SICA de Saint Pol de Léon dans le Finistère, le premier groupement français de 1 000 producteurs. L’ouvrage de Yannick Ogor pose les bonnes questions : Comment sortir de la confusion politique qui frappe le monde agricole ? Comment en révéler les antagonismes ? Comment en assumer le conflit de classes ? Yannick Ogo s’intéresse aussi au mouvement des Bonnets rouges… 

Le Paysan de l’impossible

La nouvelle édition de Le Paysan de l’impossible, parue en octobre 2023 aux Editions Du Bout de la Ville, a été augmentée d’une postface de l’auteur.

Dans cette nouvelle version, Yannick Ogor a ajouté un chapitre sur les dégâts causés par les normes environnementales et sanitaires, et un autre pour dénoncer le système agro-industriel basé sur l’exportation, sur des produits à bas prix pour être compétitifs sur le marché mondial. Il détaille aussi les épidémies et les mesures face à la grippe aviaire ou à la peste porcine, les périodes de pandémies dans les élevages intensifs et se pose la question : comment faire face à un système qui prétend protéger les populations, en éliminant les agriculteurs ? Les normes sont toujours plus nombreuses pour protéger l’environnement et qui, selon lui, protègent les gros et éliminent les petits.

Yannick Ogor revient surtout sur la mémoire et la mort de Jérôme Laronze survenue le 20 mai 2017 : cet éleveur de bovins de Sailly en Saône-et-Loire, écrasé par l’administration agricole a été abattu par un gendarme après sa cavale suite à un contentieux avec les services de contrôle de l’Etat. L’affaire Jérôme Laronze est devenue le symbole d’un acharnement administratif ! 

Le Paysan de l’impossible
Jérôme Laronze

Yannick Ogor avertit également, qu’en Bretagne la moitié des chefs d’exploitations agricoles vont partir à la retraite dans les années à venir, que c’est la dernière génération de petites fermes de trente hectares à reprendre, que très prochainement il n’y aura que des grosses fermes aux normes, mais aussi et surtout, que le risque qu’il n’y ait plus que des investisseurs qui soient en capacité de les reprendre, est bien réel… 

Cet ouvrage éclaire la crise actuelle de l’agriculture française d’une lumière précieuse. Il en conclut que la figure du paysan est mensongère et qu’elle ne sert qu’à justifier l’asservissement de l’agriculteur à la logique industrielle…

Marjolaine Tanguy
Marjolaine Tanguy est correspondante de presse dans le Finistère

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici