Dans Lieux rares et univers secrets, Unidivers présentait des jardins chics pour amateurs d’art et de botanique. Voici d’autres jardins extraordinaires qui s’adressent autant aux enfants qu’aux parents. Qui titillent l’imaginaire et la joie de vivre. Où il y a des canards qui parlent anglais, des coques de noix pour survoler les cimes et des dinosaures terrifiants !

 

Les Jardins de Brocéliande (Ille-et-Vilaine)
jardin brocéliandeB.A. et MDR (bonne action et mort de rire) Avec un nom pareil, vous redoutez de vous retrouver face à Merlin ou Viviane ? Que nenni ! À l’entrée, ce sont des poules qui vous accueillent. Elles sont de races rares et sacrément belles, ces Dalmatiennes asiatiques, ces Hollandaises à huppe, ces Brésiliennes à plumes, ces Allemandes délurées… Et surtout, elles ont un sens de la déco et de la fête formidables ! Entre esprit Deschiens ou Chaumont-sur-Loire, leur sweet home revêt l’aspect d’un salon de coiffure avec table de massage, d’une salle de sport, d’un garage avec Panhard, d’une cuisine sixties en formica, d’une épicerie ou d’un cabaret… Au-delà de l’humour, on retiendra que le projet de ce parc est né d’une idée formidable : l’insertion de handicapés par le travail avec la nature. Ouvert en 1997, il développe trois axes : la botanique avec des collections exceptionnelles (iris, dahlias et roses notamment), l’éducation à la bio-diversité et le caractère ludique pour offrir une sortie joyeuse aux familles. Pendant que les enfants gambadent vers le sentier des korrigans ou l’antre de sorcière, se perdent dans le labyrinthe, crapahutent dans le parcabout ou se mettent dans la peau d’un aveugle sur le parcours « active tes sens », les mamans peuvent faire une bronzette dans des chaises longues et les papas réviser leur connaissance de la chaîne alimentaire au brocéliande« Mac d’eau », amusante installation explicative autour d’une mare (création de Spectaculaire, les « allumeurs d’image »).
Chaque année, des animations titillent la créativité. Cet été, on tente d’apporter une réponse à une question essentielle : Ces nains portent quoi ? En prévision du plus grand rassemblement de nains de jardin le 27 septembre, venez retirer un petibonum en terre cuite pour le transformer selon vos envies en gaulois, en indien, en superhéros, en Polnareff ou (warum nicht ?) en Conchita Würtz (jusqu’au 31 août).

Ouvert du 31 mars au 18 octobre. Juillet et août : tous les jours de 11h à 19h (présence d’un food-truck). Parcours « Active tes sens » et « File là-haut » de 13h30 à 17h. Durée de la visite : minimum 2h.
Chiens acceptés en laisse.Tarifs : adulte 8,20€, enfant à partir de 6 ans 4,20€. Moins de 6 ans : gratuit. Familles 18,50€. Jardins de Brocéliande, Les Mesnils, 35310 Bréal-sous-Montfort. Tél. : 02 99 60 08 04

Tropical Parc (Morbihan) : De Jurassic Park aux joyeux tropiques
On dirait le sud ! Vraiment. Direction l’Indonésie, la Thaïlande, le Mexique, l’Australie, l’Afrique, sans passer l’étape boite à sardine dans un avion. On peur aussi y faire un voyage dans le Jurassique sans se risquer à la machine à remonter le temps. Commençons par l’Afrique, traitée façon Karen Blixen ou Dr Schweitzer. Dans la case classe, avec son tableau noir et ses bancs brinquebalants, on imagine les petits noirs répéter respectueusement la leçon du bon père blanc « nos ancêtres les Gaulois ». À l’extérieur, ne manque que le son des mamas en train de piler le mil. Tout y est. D’abord une leçon de choses permettant de découvrir la production d’épices et de fruits exotiques. Cacao, coton, vanille, latex, poivre, canne à sucre, arbre à tomates, piment, riz de différentes couleurs, noix de muscade, cacao, cannelle poussent là. Mieux qu’au Jardim Botanico de Rio de Janeiro, la nouvelle volière du Brésil abrite une centaine de perroquets multicolores (aras chloroptère, aras ararauna, aras severa, conures de Patagonie, conures à têtes bleues et perruches soleil) qui picorent en semi-liberté dans un décor de vieille mine, avec ses wagonnets, son sol de terre rouge et de sable orange. Une imposante collection de palmiers d’Amérique du Sud complète l’ambiance. photo-634215469201875000-1Chaque « continent » est planté comme à ses origines, voire décoré de statues de buddhas quand il s’agit d’Asie. Soulignons que les géants de la tribu machin-saure (l’ankylosaure, le tyrannosaure, l’allosaurus, le velocisaurus, le spinosaure, le l’ilaphosaure, le térosaure, le tochisaure, le tégosaure, et autres parasaurolophus, oviraptore, tyrex, baryonyx et diplodocus) « évoluent » dans un environnement végétal vieux de 250 millions d’années, parmi des fougères arborescentes d’Australie, des ginkgos et des pins wollemi.
Deux animations complètent l’offre. Tous les jours de l’été, Erven le fils de la famille
Gicquel (propriétaire du parc) met son tablier de jardinier et son chapeau de paille, chausse ses bottes, prend ses graines de Perlin Pimpin et son arrosoir magique et réalise des tours avec ses facétieux perroquets.
Nouveauté 2015 : les fouilles archéologiques permettent aux enfants de 4-10 ans de jouer les Indiana Jones. Munis de pelles et de seaux, tels des paléontologues, ils vont fouiller dans le sable, à la découverte de sculptures, tibias, cranes, ammonites, empreintes d’animaux préhistoriques… Trop cool !
Ouvert jusqu’au 1er novembre. Tous les jours de 10h à 19h jusqu’au 20 septembre.
Tarifs : adultes 14€, enfant de 4 à 10 ans 9€. Laugarel 56220 Saint-Jacut-les-Pins. Tél. : 02 99 71 91 98

Terra Botanica (Maine-et-Loire) : La terre vue du ciel ou par les racines
caps-et-dépicesQuoi de plus naturel pour l’Anjou, forte de ses six siècles d’histoire horticole, de vouloir mettre en scène le végétal ? Créé sur l’ancien site d’un aérodrome et d’un golf, ce parc voulu par le Conseil général du Maine-et-Loire et ouvert en 2010 épate par la diversité des sujets abordés et la manière d’y pénétrer, de l’infiniment petit (avec le film en 4D de la goutte d’eau) au très haut (avec « Terra Vu du Ciel », ballon aérostatique de 34 mètres de hauteur gonflé à l’hélium et retenu par des câbles).
Quatre thèmes racontent l’univers végétal : le « végétal convoité » évoque les grandes expéditions du XVIIIe s. (Bougainville, d’Entrecasteaux, Cook, Lapérouse, etc…) et du XIXe s (Humboldt, Bonpland…). Le moyen ? La reconstitution d’un port, avec ses docks, ses caisses, ses coffres… un mix de Canton et de Nantes. Véritable capharnaüm aux parfums d’épices. Le « végétal généreux » explique le rôle essentiel des plantes dans notre quotidien, que ce soit dans l’alimentaire, la pharmacopée, l’ornement et (oui, aussi !) la sorcellerie ! On passe de l’allée des grands-mères au parcours du roi René, d’un potager extraordinaire aux vignes bordées de gabions remplis de calcaire, d’argile et d’ardoise – symbolisant les trois couleurs du royaume. Le « végétal mystérieux » s’appuie sur des jeux et l’audiovisuel pour mieux comprendre le fonctionnement de la plante depuis l’explosion végétale à l’époque du Carbonifère (moins 300 millions d’années) au Crétacé. L’ambiance des prémices du monde est bien rendue par les plantes fossiles, les geysers, les cours d’eau d’où l’on s’attend à voir sortir des méchants dinos. Une grotte recouverte de sedums et pleine de plantes qui puent – carnivores ou pas – avalent les visiteurs qui ressortent de là bien contents ! animationsPlus accueillante, une prairie où sèche le linge évoque l’histoire des plantes tinctoriales. Le « végétal apprivoisé » explique les stratagèmes de la plante pour (sur)vivre en milieu hostile et ceux de l’homme pour l’adapter à son paysage et à ses activités.

Nouveauté 2015 : Terra Botanica s’est doté d’un ballon aérostier Terra vu du ciel. Le voyage commence dès la salle d’embarquement au décor Art Nouveau, typique de la fin du XIXe siècle, époque de René Gasnier, Angevin et père de l’aviation moderne. Niché dans une nacelle à plus de natm de hauteur, on découvre l’architecture paysagère du parc mais également une vue inédite sur la ville d’Angers et sur les zones classées Natura 2000 des basses vallées angevines. Ouvert d’avril à septembre. Animaux non acceptés. Restaurant et snacks.
Tarifs : adulte 19€, enfant de 4 à 17 ans 13€. Offres familles et sur internet Route d’Épinard (ça ne s’invente pas !). Sortie n°16 du contournement nord, Angers (49). Tél. : 02 41 25 00

mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l’écriture (presse et édition), à l’enseignement (culture générale à l’ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom