Jean-Pierre Darroussin

Jean-Pierre Darroussin

Jean-Pierre Darroussin, 5 mai 2015 18:00,

La librairie Le Failler a le plaisir de vous inviter à une rencontre et une dédicace de Jean-Pierre Darroussin, le Mardi 05 Mai à 18h. L’événement se déroulera à l’Espace Ouest-France, à l’occasion de la sortie de son ouvrage « Et le souvenir que je garde au cœur » paru aux Éditions Fayard.

L’auteur : Il entre en 1974 au cours Florent puis en 1975 à l’école de la rue Blanche, formation qui lui permet d’intégrer en 1976, le Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris dans la classe de Marcel Bluwal, avec Catherine Frot et Ariane Ascaride.
Il se fait connaître du grand public en 1980 dès son second film « Psy » de Philippe de Broca.
De 1978 à 1986, il joue avec succès au théâtre entre autres pour la « Compagnie du Chapeau Rouge » de Pierre Pradinas avec sa complice Catherine Frot. Après l’éclatement de la troupe, il décide de changer de métier et devient instituteur à la campagne pendant un an et demi, puis raccroche au cinéma quand il est pris dans la casting du film « Mes meilleurs copains » de Jean-Marie Poiré.
Il deviendra au fil des années l’un des acteurs fétiches de Robert Guédiguian.
En 1997, il est récompensé du César du meilleur acteur dans un second rôle pour son interprétation dans « Un air de famille » de Cédric Klapisch d’après la pièce de théâtre du même nom d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri.
En 1998, il joue son premier « premier rôle » dans Le Poulpe de Guillaume Nicloux, puis « 15 août », « Le Cœur des hommes » et enchaîne depuis avec succès une carrière d’acteur connu du cinéma français.

L’ouvrage : Il vient de loin, Jean-Pierre Darroussin.
D’une vieille espèce de travailleurs qui engendraient des travailleurs, d’un monde de bras fort et fier, d’une terre lointaine où l’on se rappelle hier pour espérer demain, de familles qui, lorsqu’elles n’étaient pas occupées aux champs de patates ou à l’usine, l’étaient aux champs de bataille.
L’acteur retourne à l’aube de ce temps révolu. Dans la lanterne magique de sa plume apparaît son enfance libre dans le quartier prolétaire de Courbevoie, où l’on découvre son père, Paul, ouvrier lumineux élevé par des paysans, intellectuel autodidacte, lecteur de Marx, qui lui transmet la devise de la classe laborieuse : travail, fraternité, bonté.
Puis, dans les années post-68, son adolescence agitée par les filles, la musique, la comédie. Les expériences avec les potes-frères, riches d’anecdotes truculentes, le souvenir d’une époque rouge, militante et libertaire, la célébration de l’amour et de l’amitié.
Autant de séquences à travers lesquelles il ressuscite un monde ancien, abandonné par le progrès et la globalisation. Mais un monde dont les valeurs humanistes et sociales, celles du Front populaire, d’une gauche militante et obstinée, continuent de l’habiter et de l’animer.
Un monde dans lequel son père chante : le temps des cerises.

Jean-Pierre Darroussin was last modified: avril 27th, 2015 by Unidivers Mag
@Librairie Le Failler